Search
mercredi 3 mar 2021
  • :
  • :

Vosges : des agriculteurs se mobilisent pour obtenir une juste rémunération Des actions pour « dénoncer le non respect des négociations commerciales »

image_pdfimage_print

151517010_2936817066642719_5591743552908635531_n

Photos @jeunesagriculteurs.vosges

Alors que les négociations commerciales doivent se terminer dans une dizaine de jours, des producteurs vosgiens, membres de la FDSEA (Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles) et des JA (Jeunes Agriculteurs) se mobilisent contre les baisses de tarifs demandées dans la grande distribution.

« Prix serrés, producteurs étranglés, emplois supprimés » : de nombreuses actions sont menées à travers le département afin de dénoncer « la non prise en compte des coûts de production de l’exploitant » et « le non respect des négociations commerciales ». L’objectif de cette mobilisation, qui a lieu dans de nombreuses régions de France, est d’obtenir une juste rémunération. « Les GMS (Grandes et Moyennes Surfaces) demandent des baisses », explique Victorien Lambert, président des Jeunes Agriculteurs Vosges. « Aujourd’hui, on ne peut pas entendre ça ». Baisser encore davantage le prix du lait, par exemple, n’est pas une option.

« Les grandes surfaces ou les transformateurs ne rognent pas sur leurs marges (…) Cela est inacceptable ». Une délégation d’agriculteurs s’est notamment déplacée à l’Intermarché de Saint-Nabord, et au supermarché Leclerc à Saint-Etienne. Des autocollants : « Sans agriculture, pas de nourriture » ont été affichés sur des produits laitiers. Un moyen d’interpeller les consommateurs. Mais c’est surtout les groupes de la grande distribution et les transformateurs qui sont ciblés. « On était là pour (…) leur remettre un petit coup de pression », affirme Victorien Lambert. Des actions similaires ont eu lieu dans les locaux de nombreuses enseignes de distribution. « On a fait le tour de toutes les Vosges ».




9 réactions sur “Vosges : des agriculteurs se mobilisent pour obtenir une juste rémunération

  1. Lili

    vous croyez à la gentillesse de la grande distribution , une fois que vous mettez le pied dans l’étrier vous êtes considérés comme un chiffre plus un être humain; leurs belles pubs du bla bla commercial .Plus ça devient dur plus ils réagiront en requin .Depuis Combien de temps vous subissez ? ils sont les maitres du monde ; vu le paquet de clients qui ont choisi ces magasins guère le choix on a voulu ce genre de commerces en tuant bcp de petits mais tout a été bien calculé ; on les a voulu on les a avec ces avantages et inconvénients ; faites plus de magasins de producteurs dans les cantons vente direct, les clients seront là .

    répondre
    1. EMBT

      Certes nos agriculteurs sont exploités par les grandes industries ,mais ne sont-ils pas en grande partie les artisans de leur perte? A trop vouloir une agriculture et un élevage intensifs avec du matériel qui coûte extrêmement chers et qu’il faut rembourser ,ils ne voient plus la fin de leurs dettes. J’ai eu des parents agriculteurs et un frère. Je sais donc de quoi je parle. Le modernisme et l’extension les ont tués à petit feu. Et ce depuis bien longtemps .Les machines dans bien des cas leur ont facilités la vie(trayeuse automatique, tracteur avec ordinateur,..)mais tout cela a un coût et il faut rembourser .Moins de travail certes mais plus de coûts .Il est temps que l’on retourne vers des entreprises plus modestes mais plus à portées de tous. Quel est le jeune qui actuellement peut se permettre de reprendre une ferme aux dimensions que l’on connaît?

      répondre
    2. a bobo maman

      Moyennant une très faible location au mètre linéaire, Il faudrait que les communes puissent mettent des locaux à disposition des producteurs.
      Si possible pas trop excentré et avec un stationnement gratuit .

      répondre
  2. grogne

    Le ministère des finances a ce jour « épinglé » Intermarché.
    Ils repasseront avec leurs pubs doucereuses sur les circuits courts et le respect des producteurs locaux.

    répondre
    1. LILI

      il y a une différence entre appâter le client par des pubs bien ciblées, très tendance, d’ailleurs on retrouve tjrs les mêmes slogans partout; en oubliant l’essentiel ,ce sont avt tout des financiers. Demander aux personnels comme ça fonctionnent exactement que ce soit pour les achats et le personnel . La vie en rose je ne crois pas, loin de là .Concernant la concurrence on n’a plus grand chose ils ont tout écumés ; mais des AMAP ou vente direct dans tous les cantons français seraient une bonne chose la clientèle seraient là .

      répondre
  3. froissard

    Depuis de longues années les agriculteurs sont mobilisés et pour exprimer colère et inquiétude . Et pour cause ! c’est un vaste plan social qui est en cours .le diagnostic est connu: démantèlement des outils de régulation, libéralisation des marchés, dumping social, concentration de l’agriculture au profit des géants de l’agro-alimentaire et de la grande distribution . Faute d’affronter le sujet de prix agricoles rémunérateurs, comme celui des travailleurs détachés, il n(y aura pas de solution réelle et durable . Pourtant des solutions existent : pour répondre aux attentes des éleveurs et faire écho aux mouvements paysans. Il convient de légiférer sur la réduction des marges et pratiques abusives dans la grande distribution .les prix agricoles doivent faire l’objet de négociations annuelles et pluralistes à travers des conférences des prix ( prix planchers, coefficients multiplicateurs…) les filière alimentaires ,relocalisées doivent être soutenues, l’indication d’origine des produits appliquée . L’Europe doit reconquérir sa souveraineté alimentaire .Elle doit se doter d’outils de gestion et de planification, tels des stocks régulateurs, des prix indicatifs . Pour que la politique agricole commune ( PAC ) soit au service de l’intérêt général, il faut faire échec au projet de traité transatlantique, sans quoi la détresse des agriculteurs deviendra la norme de demain .

    répondre
  4. stop-covid

    Suis assez en phase d’abord avec EMBT et FROISSARD. Et il faudra que les petits peuples ouvrent les yeux non sur les écrans des séries télés et leur propagandes des Journaux Télévisés.Ceci, il faut couper: écrans noirs ! ça commence un peu à s’ouvrir depuis ce coup de chien orchestré peur covid instrumenté avec faux chiffres afin de tout foutre parterre et même l’euthanasie! Oui!. Mais il faut faire des efforts en soldats digitaux, tous concernés. Les agriculteurs, petits producteurs reprennent crédit chez le consommateur. Le local a de nouveau attrait.Certains réfléchissent. Le truc où il faut vraiment s’associer , c’est toutes religions incluses, une lutte contre ce qui est imposé via le globalisme . Bill Gates promet l’OGM pour tous, individu y compris. Il appartient à chacun, non d’attaquer, jalouser son voisin, mais ouvrir les yeux, s’informer. A Lyon, des producteurs manifestent contre les cantines sans viandes.Les gestionnaires savent compter, savent élaborer des menus nutritionnels. Pas d’ingérences idiotes. Sur le web : Ecosia, duckduckgo : Ce sont 2 moteurs de recherches à privilégier pour tout face aux monopoles .

    répondre
  5. froissard

    Comme de nombreuses professions de notre pays, les agriculteurs n’arrivent plus à vivre correctement de leur travail .l’absence d’évolution favorable des prix d’achat des productions, la poursuite des politiques de libre-échange et de concurrence déloyale, la remise en cause de la qualité de leur travail, pèsent sur le monde agricole . la loi EGALIM n’a pas répondu à leurs attentes, ni à celles de toute la société .le gouvernement a refusé de prendre ses responsabilités pour intervenir sur la fixation des prix et le partage de la valeur ajoutée au profit des agriculteurs . Nos agriculteurs demandent du courage politique pour affronter les logiques de rentabilité des géants de l’agro-alimentaire et de la distribution qui continuent à engranger des bénéfices exorbitants Face à une profession à bout de souffle et sans revenus, il faut maintenant que l’Etat intervienne directement pour garantir des prix planchers et des revenus dignes . Dans le même temps , la France et l’Union Européenne soutiennent la croissance des productions importées sur les marchés et une concurrence totalement déloyale en matières de normes sociales, environnementales et sanitaires . . Le Parlement européen doit se prononcer sur la ratification d’un accord commercial entre l’UE et les Etats Unis concernant l’importation de 35000 tonnes de viandes bovines, à droits nuls . Il faut sortir l’agriculture et l’alimentation de la concurrence mondialisée, mettre fin aux importations abusives et garantir en France, le respect des principes de réciprocité et d’égalité en matière normes sanitaires, sociales et environnementales .ils attendent aussi une reconnaissance sociale .Elle passe aussi par une meilleure protection sociale et des retraites avec un montant minimum des pensions à 85% du SMIC .

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.