Search
mercredi 22 sept 2021
  • :
  • :

Un « Retour aux sources » dans les Vosges s’imposait pour Stéphane Champreux L'équipe du film a fait escale à Gérardmer

image_pdfimage_print

Ce n’est plus une surprise, les Vosges sont définitivement devenues une terre de cinéma et elles accueillent cette semaine l’équipe du film « Retour aux sources ».

Équipe qui, après Épinal (lire notre précédent article ICI !), a fait escale à Gérardmer ce mercredi afin de tourner plusieurs scènes chez « Mémé », quoi de plus naturel pour un retour aux sources… L’occasion de rencontrer Stéphane Champreux, producteur du film qui a lui-même effectué un retour aux sources après 6 années passées au Canada. Vosgien d’origine, natif d’Épinal, il y a notamment créé sa propre société de production (Wasabi) après son expérience outre-Atlantique. Ce nouveau projet cinématographique a donc une résonance toute particulière pour lui comme pour son réalisateur Fabrice Chaboissier, originaire de Nancy et lui aussi très proche du massif vosgien où il a passé une partie de son enfance.

« Pour moi qui suit un aficionado du massif, faire le film ici s’imposait. En plus, les Vosges sont un département très attractif pour les tournages, il y a désormais des structures capables d’accueillir et de soutenir ce genre de projets » précise Stéphane Champreux. Projet qui a d’ailleurs reçu une aide du CNC (Centre National du Cinéma & de l’image animée – NDLR), ce qui est relativement rare pour un court-métrage. Mais comme l’explique le producteur, il y a rapidement eu un bel engouement et une belle énergie autour de ce film, avec notamment des partenaires privés qui ont répondu présent, que ce soit Mémé et Le Collet, la CDHV, Pierrat, la papeterie d’Arche Ahlstrom-Munksjö, la fromagerie Bongrain-Gérard du Tholy, le Jacquard Français (pour ne citer que les plus proches de Gérardmer) etc.

Des partenaires enthousiastes, tout comme l’équipe du film qui fait preuve elle aussi d’une synergie remarquable dans un tournage relativement intense et exigeant concentré sur 5 jours pour une réalisation d’une durée d’environ 17 minutes. Un court-métrage proche d’un moyen serait-on tenté de dire, et que vous pourrez visionner entre autre sur le réseau des chaînes régionales une fois la post production achevée.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.