Search
mercredi 22 sept 2021
  • :
  • :

Vosges : mouvement de grève chez les infirmiers anesthésistes

image_pdfimage_print

DSC_2413

Des infirmiers anesthésistes se sont rassemblés ce lundi matin à l’entrée du Nouvel Hôpital d’Épinal. Ils participent à un mouvement de grève national au sein de la profession, pour demander une reconnaissance réglementaire et financière de leur filière.

Les 12 IADE (infirmiers anesthésistes diplômés d’État) de l’établissement spinalien sont en grève pour plusieurs motifs. « La revalorisation salariale prévue en octobre englobe l’ensemble des infirmiers spécialisés malgré différentes durées de formation, qualifications et reconnaissances universitaires. L’opportunité de valoriser notre master 2 est à nouveau gâchée », affirme Caroline Fousse, infirmière anesthésiste travaillant depuis 13 ans au Centre Hospitalier d’Épinal. « Nous revendiquons donc une reconnaissance législative, réglementaire et financière de notre filière à hauteur de notre niveau de formation, d’autonomie de pratique et de responsabilité professionnelle ». Il faut 7 ans pour former les membres de la profession, avec l’obtention d’un niveau Bac+5 avec équivalence master 2.

D’autre part, les participants à ce mouvement de contestation demandent « le respect du cadre réglementaire accordant des compétences exclusives et une priorisation pour la composition des équipages SMUR (…) la refonte du corps des infirmiers anesthésistes de la fonction publique hospitalière en y intégrant celui des cadres de santé et sage femmes qui sont également anesthésistes (…) la reconnaissance de tous les secteurs de la pénibilité de l’exercice professionnel ». Les infirmiers en grève exigent « le strict respect des recommandations et de la réglementation assurant la sécurité des procédures anesthésiques et des patients », et réclament « l’octroi du complément de traitement indiciaire aux étudiants infirmiers anesthésistes ainsi que le stricte respect de leur maquette de formation » ou encore « la reconnaissance de toutes les compétences décrites dans nos référentiels et la concrétisation de ces compétences au service des patients ».

« Notre formation est complète dans la prise en charge des anesthésies, de la réanimation, des urgences vitales et de la gestion de la douleur », explique Caroline Fousse. « A l’heure actuelle, nous somme un renfort immédiatement opérationnel en réanimation Nous formons nos collègues infirmières dans les ranimations que nous avons montées au pied levé ». L’infirmière anesthésiste souhaite interpeller le Ministre de la Santé : « Monsieur Véran, que fera votre relève dans quelques années quand vous n’aurez plus d’infirmiers anesthésistes faute d’attractivité ? ». Les professionnels en grève auraient par ailleurs souhaité être reçus ou rejoints par le directeur de l’hôpital d’Epinal. « Ça aurait été sympa de nous écouter ».




8 réactions sur “Vosges : mouvement de grève chez les infirmiers anesthésistes

  1. étonné

    AH ! bon, ces anesthésistes qui vous reçoivent 10 mn en consultation , la plupart sont insensibles , voir arrogants, celui qui vous reçoit n’est pas là le jour de l’opération , c’est un(e) collègue des pays de l’ est , qui n’en démérite pas moins , car plus plus professionnel ( le) mais payé (e) 4 fois moins cher, mais comme le cador a demandé un dépassement d’ honoraire hors norme ,, excessif celui ci doit être parti en vacances avec son butin.les « clients  » sont devenus des vaches à lait.

    répondre
    1. la Mouette

      Critique de quelqu’un qui ne connait rien. Un Anesthésiste est un médecin spécialiste à ne pas confondre une Infirmière anesthésiste qui travaille sous l’avec le médecin. Pas les mêmes responsabilités, pas le même salaire. Copie a revoir

      répondre
      1. étonné

        Mr ou Mme?, Je n’ ai rien contre les infirmiers et infirmières , mais dans ce système anormal des dépassements d’ honoraires et « prix libres  » mon épouse a été anesthésiée une vingtaine de fois , moi même une dizaine , je pense parler du sujet , j’ ai vu des cadors de l’ endormissement au sens propre et au figuré , tarif de la prestation ( visite pré anesthésie )150 à 200 euros pour ne pas être présent à l’ opération , les sous fifres des pays de l’ est , demandent 50 euros , pour prendre les risques opératoires , car ces gens sont présent.

        répondre
  2. PierreL

    « Environ 4 000 € brut par mois pour un anesthésiste hospitalier débutant, environ 7 300 € en fin de carrière + indemnités et primes de garde. Plus de 12 000 € brut par mois pour un anesthésiste en libéral (en liaison avec une clinique, un hôpital, un centre d’imagerie médicale ou de transfusion sanguine). »
    Un salaire de misère, quoi !

    répondre
  3. Scandale

    N’allez pas voir dans le portefeuille de l’autre. Ils ont fait de longues études et c’est leur vie privée. Que faites -vous dans la vie ? Que gagnez-vous et comment ? Vous ne me répondrez pas et moi-même je ne vous direz rien si vous le demandiez. Ils ont choisi leur voie et vous n’avez pas à leur dictez une conduite à tenir .Du respect pour tous .

    répondre
    1. PierreL

      Exact : du RESPECT !
      Mais est-ce RESPECTUEUX de procéder à un nouveau chantage salarial… quand la profession est loin d’être mal lotie !
      Car, au final, qui paiera ? Posez-vous la question. Un peu de RESPECT aussi pour les contribuables !

      répondre
      1. Scandale

        C’est au ministère de la santé à imposer des règles .
        De toute façon , c’est la même chose dans beaucoup de professions.
        A équivalence de diplôme avez-vous déjà vu la différence de traitement selon l’endroit où l’on travaille ? Et encore actuellement selon le sexe de la personne!!!!!!!

        répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.