Search
mercredi 22 sept 2021
  • :
  • :

Vosges : plus de 40 drapeaux de l’UE retirés des mairies Quelques uns ont été envoyés à l’Élysée, les autres seront apportés à la Préfecture

image_pdfimage_print

En quelques jours, de nombreuses communes vosgiennes ont eu la surprise de découvrir l’absence du drapeau de l’Union Européenne au fronton de leur mairie. Au total, ce sont plus de 40 mairies qui sont concernées par le phénomène à l’heure actuelle.

Les « décrocheurs » nous ont contacté pour apporter quelques précisions concernant leur mode d’action et le sens de leur démarche. « Il ne s’agit pas d’un vol, mais bien d’une soustraction ou d’un retrait », affirment-ils. L’objectif affiché est de sensibiliser les élus, notamment municipaux, et les habitants « au fait que la France, ainsi que certains autres états-membres de l’UE, comme la Croatie, le Danemark, l’Estonie, la Finlande, l’Irlande, la Lettonie, les Pays-Bas, la Pologne, le Royaume-Uni, la Tchéquie et la Suède, n’ont pas ratifié la déclaration 52, faisant partie des déclarations annexées à l’acte final de la conférence intergouvernementale qui a adopté le traité de Lisbonne signé le 13 décembre 2007 portant sur la reconnaissance des symboles de l’UE ».

Les membres ou sympathisants de l’association créée en 2014 par Sylvain Baron se sont rendu, de jour, devant les mairies de plusieurs dizaines de communes vosgiennes. « Les décrocheurs n’ont pas agi en dehors des créneaux autorisés de couvre-feu, mais le nombre élevé que nous sommes a permis ces actions simultanées en plusieurs endroits du département à partir de 06h00 du matin ». Plusieurs drapeaux ont été renvoyés par voie postale au Palais de l’Elysée, résidence du Président de la République, accompagnés d’un courrier explicatif à découvrir ci dessous. Ceux de Gironcourt-sur-Vraine, Gugney-aux-Aulx et Rebeuville. Les autres étendards seront confiés « à une personne extérieure aux décrocheurs, qui se fera un plaisir de les remettre en Préfecture », au cours de la semaine.

Photos de « Les Décrocheurs »

Voici le courrier envoyé au Président de la République Emmanuel Macron :

Vosges, le 7 mai 2021

Objet : demande d’exemplarité des élus en ce qui concerne le droit

Pièce jointe : Courrier laissé aux mairies dans le cadre de cette action

Monsieur Macron,

L’exécutif n’en est pas à sa première surdité devant des alertes variées dans plusieurs domaines distincts et l’inaction politique commence fortement à nous lasser, alors qu’il est payé par tous les citoyens, ne serait-ce qu’au travers de la TVA, pour agir, conformément au nom qu’il porte, en faisant appliquer les lois existantes au profit de tous,.

Bien entendu nous constatons que vous travaillez à bien appliquer les règlements, décisions, directives et Recommandations émanant de l’UE, comme les réformes des retraites ou de l’assurance chômage, mais comme nous le précisions plus haut, ceci ne convient pas pour la majorité.

Dernièrement, au lieu de prendre acte d’une alerte publiée dans une lettre ouverte, votre gouvernement n’a rien trouvé de mieux que rechercher les signataires pour pouvoir les sanctionner en fonction des textes en vigueur, sans chercher à régler le problème soulevé dans cette tribune.

En réponse à cette attitude nous avons choisi d’appliquer d’autres textes de notre état de droit, ou de ce qu’il en reste, comme vous pourrez le constater dans le courrier ci joint qui a été transmis aux mairies qui se sont vues retirer ces morceaux de tissus au cours de la semaine.

Vos représentants dans les territoires se verront donc remettre les morceaux de tissus des différentes communes de France qui ont fait l’objet d’un retrait. Et nous ne doutons pas que sur votre ordre, ceux-ci, feront en sorte de faire rejoindre les communes respectives ayant financées ces morceaux de tissus.

Vous faisant parvenir nos salutations citoyennes,

Les décrocheurs.




13 réactions sur “Vosges : plus de 40 drapeaux de l’UE retirés des mairies

  1. chouki

    L’UE serait déjà mieux si ce n’était pas une machine à recycler les copains trop médiocres dans leurs pays d’origine ou faire des « cadeaux » de postes prestigieux et bien payés aux « militants dévoués locaux ».
    La médiocrité aux manettes… c’est un peu trop énarque.
    Et les exemples abondent, à commencé par les chefs de cordés.

    répondre
  2. Bidule

    BRAVO !!
    OUI, UNE SACRÉE CONNERIE QUE L’ EUROPE D’AUJOURD’HUI ??
    DES ENDORMIS !!

    CELLE « D’HIER » ÉTAIT BEAUCOUP MIEUX ET SÉRIEUSE !!

    répondre
  3. Valérie

    Que veulent-ils exactement ces maires ? Une opération qui se soldera par un coup d’épée dans l’eau faute d’explication claire sur le geste. Sauf à demander que la Commission européenne qui décide de tout cesse d’être la chambre des lobbies ! Car c’est elle qui prépare les lois soumises au vote du parlement européen, lesquelles sont ensuite intégrées dans le droit national.
    De cette Europe là, nous n’en voulons plus. Mais nous avons besoin d’Europe, c’est une évidence pour qui essaie de réfléchir. Les français ne consacrent pas assez de temps à la vie publique et c’est ainsi qu’il y a des éruptions qui sont récupérées par les LFI et autres ras de plafond.

    répondre
  4. christian

    « comme nous le précisions plus haut, ceci ne convient pas pour la majorité » sur quoi se basent ces petites personnes peuvent énoncer cela aujourd hui???
    ces gens qui ne représentent qu eux ont une lecture erronée des lois et tout simplement de la situation sans doute par ignorance et suffisance

    répondre
    1. Fred

      Le président de la République peut utiliser l’Art.11 de la constitution pour avoir la réponse du peuple, mais il ne semble pas vouloir le faire (concernant les réformes des retraites et de l’assurance chômage devant servir de contre partie au plan de relance de l’UE pour la France).
      En revanche le peuple ne peut, dans l’état actuel de la constitution, soumettre cette question pour obtenir un référendum.

      répondre
    1. Ouille.

      L’UE pourquoi pas.
      Mais cette Europe, veritable passoire migratoire et qui nous vole petit à petit notre souveraineté, une majorité de français n’en veut pas.

      répondre
  5. Constat

    D’accord , apparemment on en veut pas , le référendum l’avait démontré . Mais aux élections futures , rappelez vous en !

    répondre
  6. Lepic

    J’espère que le « président » MACRON est plus « culturé » que moi.
    Je ne comprend pas le sens du premier paragraphe de la lettre.
    L’union européenne a certes des défauts mais je n’imagine pas une sortie avec un retour à notre monnaie qui subirait le même sort que le Bolivar.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.