Search
samedi 31 juil 2021
  • :
  • :

Point sur la situation du centre de vaccination d’Épinal

image_pdfimage_print

DSC_2163

Photo d’illustration 

Communiqué de la Préfecture

Conscient des difficultés rencontrées ces derniers jours par le personnel du centre de vaccination d’Épinal, en raison notamment des fortes chaleurs, Yves Séguy, préfet des Vosges, a souhaité réunir les acteurs concernés pour permettre à la campagne de vaccination de se dérouler dans des conditions sanitaires optimales, quelles que soient les conditions climatiques à venir.

Une rencontre a donc été organisée ce matin à la préfecture des Vosges en présence des représentants de la ville d’Épinal, de la délégation territoriale de l’ARS Grand Est, du Centre Hospitalier Émile Durkheim, et du centre de vaccination pour préparer la ré-ouverture du centre fermé temporairement ce vendredi et samedi.

Ces derniers jours, la ville d’Épinal avait pourtant équipé chaque box d’un ventilateur portatif individuel, des fontaines à eaux avaient également été installées pour les patients et des bouteilles d’eau distribuées en quantité suffisante à l’ensemble du personnel.

Ces dispositifs transitoires n’ont eu qu’une efficacité limitée. C’est pourquoi, il est nécessaire d’explorer d’autres options, les locaux ne sont pas suffisamment climatisés et surtout non prévus initialement pour ce type d’installation. Plusieurs solutions sont actuellement à l’étude pour tempérer les lieux de manière pérenne et efficace. Le déménagement du centre de vaccination est également à l’étude.

Lors de cette réunion il a également été décidé de moduler les horaires d’ouverture du centre de vaccination en cas de fortes chaleurs : ouvertures en matinée et en nocturne.

Enfin, un comité de suivi a été installé par le préfet pour suivre l’évolution de la situation du centre de vaccination et s’assurer de son bon fonctionnement. Ce comité sera également l’occasion pour le préfet de se rendre régulièrement sur site pour aller à la rencontre des personnels et patients.

Mobilisés depuis le début de la crise sanitaire en mars 2020, Yves Séguy, préfet des Vosges, tient à saluer les personnels soignants et administratifs pour leur engagement, tant en milieux hospitaliers qu’en centres de vaccination. Il remercie également Patrick Nardin, maire d’Épinal et les personnels de la ville pour leur réactivité qui a permis l’ouverture de ce centre de vaccination dès le mois de janvier.

La crise sanitaire nous oblige, depuis plus d’un an, à faire preuve d’adaptation et à apporter des solutions concrètes et rapides grâce à la concertation et à la mobilisation de l’ensemble des acteurs.

La fermeture temporaire du centre de vaccination d’Épinal en est l’exemple puisque tous les rendez- vous ont fait l’objet d’une reprogrammation en début de semaine prochaine.

La vaccination n’est d’ailleurs pas à l’arrêt à Épinal, puisque dès ce dimanche 20 juin, une équipe mobile du centre de vaccination se rendra place d’Avrinsart, dans le quartier du plateau de la Justice, où il sera possible de se faire vacciner de 9h à 18h sans rendez-vous. Rappelons enfin qu’il est également possible de se rendre dans un des nombreux centres de vaccination du département.

Communiqué de la Préfecture




6 réactions sur “Point sur la situation du centre de vaccination d’Épinal

  1. anatole

    Les autorités institutionnelles « se décarcassent » pour l’avenir de l’humanité. je passe ici les mots d’un super mec , très cultivé, toubib , qui est dans le train depuis le début:
    ce texte est excellent !
    Dr Louis Fouché, avec son coeur « grand comme ça » !

     » Tout d’abord chapeau bas à tous ceux qui ont réussi à transformer le Coronavirus en « crise sanitaire mondiale », en « pandémie globale ».
    Merci aux médias alarmistes, merci aux politiques dictatoriaux, merci aux scientifiques corrompus ou dogmatiques.
    Nous tenons par cet article à leur exprimer toute notre gratitude.
    Gratitude qui vient du mot « grâce ». Oui nous avons été touchés par la grâce, grâce à vous.
    Cette crise est une révélation, un dévoilement, une apocalypse.
    Et après l’apocalypse vient un autre monde. Nous ne reviendrons jamais au monde d’avant, n’en déplaise à ceux qui s’y accrochent encore.
    Depuis plusieurs années, nous sentions bien que plusieurs choses « clochaient » dans ce monde.
    Pris par la vie de tous les jours avec ce sentiment confus d’un « quelque chose » qui n’allait pas, nous errions sans vraiment comprendre, nous raccrochant à ce monde vicié pour éviter la douleur de s’en détacher.
    Heureusement, le virus et son narratif burlesque envahissant la surface du globe est arrivé, nous arrachant nos œillères, nous laissant contempler le désastre.
    D’abord, nous avons essayé de comprendre.
    Je peux vous le dire, nous n’avons jamais autant travaillé. Et je vais vous faire mal : nous sommes tous bénévoles ! Nous avons épluché tous les articles de sciences, toutes les informations, lois, décrets, ordonnances.
    Nous avons lu toutes les informations, celles des médias mainstream comme celles des « complotistes ».
    Nous avons appris à maîtriser internet, les réseaux sociaux, la communication, le graphisme, la communication non violente…
    Nous avons écrit, filmé, publié, coordonné, dessiné, chanté, dansé créé des œuvres d’art. Nous nous levons aux aurores et nous couchons lorsque nos yeux se ferment.
    Vous vouliez nous appauvrir, vous nous avez tant enrichis : nos connaissances sont plus grandes, nous nous sommes découverts de nouveaux talents.
    Nous avons repoussé nos limites : plus que jamais nous sommes emplis d’espoir, de courage et d’allégresse.
    Vous vouliez notre mort mais nous nous sentons plus vivants et rayonnants que jamais.
    Vous vouliez nous désespérer, nous n’avons plus besoin d’espoir pour entreprendre.
    Grâce à vous, nous avons pu cerner ce que nous ne voulions pas.
    Nous ne voulons pas vivre masqués.
    Nous ne voulons pas vivre en nous méfiant les uns des autres.
    Nous ne voulons pas vivre dans la culpabilité hypothétique de « donner la mort » à nos proches en transmettant un virus.
    Nous ne voulons pas vivre vaccinés de force tous les mois pour tous les virus qui sont ou viendront.
    Nous ne voulons pas de passeport sanitaire, de reconnaissance faciale, nous ne voulons pas vivre fichés.
    Nous ne voulons pas être incarcérés dans nos domiciles.
    Vous vouliez nous séparer. «Attention, distanciation sociale: 1m, puis 1m50, puis 2m avec les nouveaux variants ».
    Vous nous avez rassemblés.
    Vous vouliez nous faire peur, nous sommes sortis de la caverne. Jouez tous seuls avec vos ombres.
    Vous vouliez nous abrutir devant la télévision, nous l’avons éteinte et demain nous jetterons devant nos seuils tous vos biens de consommation à l’obsolescence programmée.
    Vous vouliez nous imposer le passeport sanitaire, nous surveiller, nous reconnaître facialement, nous pucer peut-être ? Nous avons faim de liberté.
    Vous vouliez nous vendre des médicaments coûteux à l’efficacité et à la sécurité douteuse ? Nous arpentons d’autres chemins de santé.
    Vous vouliez nous imposer votre vision du monde, marchande et basée sur la dette éternelle, la dépossession intégrale, jusqu’à celle de nos propres vies ?
    Nous posons les premières pierres d’un autre monde enthousiasmant basé sur la gratitude, la joie et la présence à l’autre.
    Alors un immense merci à vous pour tous ces bienfaits. »

    « Le docteur Louis Fouché, a écrit ce texte au nom de 60.000 personnes de son association réinfo Covid. « 

    répondre
  2. Babacool

    Enfermez-le vite , vous avec et les 60 000 autres pour tout le mal qu’ils font à l’humanité en dispensant des fakes news . C’est une honte.

    répondre
  3. houlà.

    Louis Fouché, Anatole.
    Entre givrés c’est l’entente parfaite.

    Extrait d’un article du quotidien national  » le M…. »

    Les paradoxes de Louis Fouché, le docteur antivax
    Révélation de la crise du Covid-19 sur les réseaux sociaux, cet anesthésiste-réanimateur érudit convainc les foules. Et inquiète les spécialistes des dérives sectaires.

    Ce n’est pas encore aujourd’hui que Louis Fouché nous appellera, malgré le rendez-vous qu’il a lui-même fixé. Ce n’est que la deuxième fois en une semaine. Renseignement pris, le médecin, anesthésiste-réanimateur, est coutumier du fait. Dans son service, celui des grands brûlés à l’hôpital de la Conception, à Marseille, il n’est pas rare que ses collègues se mobilisent en urgence parce que le soldat Fouché est porté disparu. « Injoignable », explique un de ses collaborateurs, une pointe de lassitude dans la voix.

    Il avait pourtant pris le temps, lorsqu’on l’avait contacté une première fois pour un autre article, d’expliquer doctement sa vision du monde pendant une heure. Mais, après cette succession de rendez-vous téléphoniques manqués, il déplore un « harcèlement » lorsqu’on lui envoie des questions par courriel, questions auxquelles il a fini par répondre.

    Imprévisible, Louis Fouché ? « Il a toujours fait un peu ce qu’il voulait », corrobore Julien Textoris, qui a fait son internat de médecine avec lui. Ce qu’il veut, en ce moment, c’est livrer sa vision du monde à un public conquis. Il s’y applique sur Facebook et YouTube, qu’il inonde de ses antiennes sur les vaccins – « un viol » –, l’importance du « retour au réel », ou encore sur le « déferlement totalitaire qui va s’effondrer dans un éclat de rire ».

    Omniprésence médiatique
    Ce grand contempteur des géants du numérique est le premier à user des réseaux sociaux pour coordonner les actions de RéinfoCovid, le collectif antirestrictions sanitaires qu’il a fondé en 2020 et qui revendique, selon lui, plus de 4 000 membres chez les soignants et les universitaires. C’est qu’à sa blouse blanche Louis Fouché a aujourd’hui ajouté une casquette de stratège.

    Devenu spin doctor de la France antivaccin, il mène une guerre culturelle, dans laquelle il préconise d’« inonder YouTube, Facebook, Twitter », comme il le détaille le 23 avril lors d’une discussion sur la chaîne de RéinfoCovid, animée par le vidéaste Hayssam Hoballah, qu’il a soutenu dans la création de listes aux régionales de juin. Dans ce combat, il prône l’« aïkido », se présente comme un « diplomate » ou un « ambassadeur » et recommande de « danser avec l’adversaire ».

    Lire aussi Régionales : d’où viennent les listes « Un nôtre monde », citoyennistes et antivaccin ?
    « Ma petite personne, tout le monde s’en fout », s’agace en revanche par courriel le médecin, qui ne souhaite pas qu’on lui consacre un portrait. « Nous sommes plus de trente-cinq porte-parole, 1 950 médecins et universitaires, 2 000 soignants, Fouché n’est qu’un parmi d’autres », minore-t-il. Sa modestie semblait moins évidente dans un entretien accordé en décembre 2020 à Néosanté, une revue de santé alternative, quand il expliquait s’être « mis à disposition ; un peu comme dans tous les grands appels de l’histoire ».

    répondre
  4. Ygliss 88

    Nous allons quand même pas climatiser les endroits où l’ont vaxinent alors que l’ont nous interdit le gaz le pétrole et bientôt le bois pour se chauffer l’hiver sous prétexte que ça pollue encore une idée de nos grands penseurs

    répondre
  5. Right Anatole !

    Babacool , houlà , pour l’instant , vous prenez anatole pour un extra terreste . Encore un peu de temps , et vous y viendrez . Je ne vais pas polémiquer , l’avenir (de demain) comme personne ne l’a connu est bel et bien route . Enfin , vous pourrez dire qui sont les avant gardistes ou les ignorants (dont vous faîtes partie) qui persistent à se mettre la tête sous l’aile ….pour ne pas réaliser . Je rectifie l’orthographe du mot « extraterrestre, » car vous allez vous en amuser pour oublier le sujet de fond !

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.