Search
jeudi 29 juil 2021
  • :
  • :

Remiremont : 4 lycéennes de Malraux récompensées pour leur participation au Concours national de la résistance Leur travail a été distingué au niveau académique

image_pdfimage_print

DSC_0092

Quatre élèves du lycée Malraux de Remiremont ont été récompensées pour leur participation au Concours National de la Résistance et de la Déportation. Au niveau académique cette fois ci. Elles sont arrivées en 3ème position dans la catégorie travail collectif.

Cette année le thème du concours était : « 1940. Entrer en résistance. Comprendre, refuser, résister ». Les élèves avaient la possibilité de se présenter individuellement ou de réaliser un travail en groupe d’une forme libre : mémoire, exposition, œuvre littéraire ou artistique, audiovisuelle, etc. Les travaux sont tout d’abord évalués au niveau départemental et les meilleurs de chaque catégorie sont envoyés à un jury académique composé de représentants d’associations patriotiques et d’enseignants d’histoire-géographie. Dans la deuxième catégorie, le travail collectif réalisé par Marie Choffel, Zoé Dierstein, Lorraine Garni et Emilie Portal a été particulièrement apprécié. Après le niveau départemental, place à l’Académie Nancy-Metz, qui comprend les Vosges, de Moselle, de Meuse et de Meurthe et Moselle. 12 établissements ont été récompensés.

La remise des prix du concours s’est déroulée de manière délocalisée en raison de la situation sanitaire. Les gagnantes du lycée Malraux de Remiremont se sont réunies ce vendredi dans l’amphithéâtre de l’établissement, en compagnie notamment de Gérard Méline, petit-fils de la résistante Eugénie Méline, de leurs professeurs d’Histoire, Jean-Charles Tisserand, Nicolas Mallet et Audrey Léon, et de Frédéric Carlier, proviseur de l’établissement. En visioconférence, Jean-Marc Huart, recteur de la région académique Grand Est et recteur de l’académie de Nancy-Metz, a félicité les quatre lycéennes pour leur travail. Il s’agissait du journal intime d’un résistant, que l’on croirait vraiment sorti de 1940 ! « On voulait mêler des faits historiques, réels, mais aussi imaginaires », explique Marie Choffel. Les travaux réalisés par les élèves de l’académie et sélectionnés vont maintenant être évalués par le jury national du concours.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.