Search
dimanche 19 sept 2021
  • :
  • :

Bérangère Abba, secrétaire d’État à la biodiversité, en visite dans les Vosges 1647 hectares de forêt de la réserve du Grand Ventron classés au patrimoine mondial de l’Unesco

image_pdfimage_print

DSC_0350

Bérangère Abba, Secrétaire d’État chargée de la biodiversité auprès de la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, s’est rendue ce jeudi après-midi dans la réserve naturelle nationale du Grand Ventron à l’occasion du classement de plusieurs hêtraies françaises au patrimoine mondial de l’Unesco des Forêts primaires et anciennes de hêtres des Carpates et d’autres régions d’Europe. De nombreux élus vosgiens étaient présents pour ce rendez-vous.

La candidatures des vieilles forêts du massif du Grand Ventron pour une inscription sur la liste a nécessité des prérequis exigeants : des critères de surfaces ont été pris en compte, de degré de naturalité également, de connaissances, de statut de protection, etc. Elle a demandé la constitution d’un dossier technique et scientifique conséquent, fruit notamment de plus de 30 ans d’accumulation de connaissances dans le cadre de la gestion de la réserve. Laurent Seguin, président du Parc naturel régional des Ballons des Vosges, se félicite de l’inscription de trois hêtraies françaises dur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, et notamment celle du Grand Ventron. D’autres forêts françaises pourraient rejoindre le groupe en 2023.

Le bien « Forêts primaires et anciennes de Hêtre des Carpates et d’autres régions d’Europe » est inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2007. Début 2020, le gouvernement français s’était engagée à défendre la candidature de hêtraies remarquables considérées comme étant des patrimoines naturels susceptibles de répondre aux critères de classement. La réserve naturelle nationale du massif du Grand Ventron est située à la fois dans le Haut-Rhin et dans les Vosges. Une zone coeur de 319 hectares se situe sur les communes de Wildenstein, Kruth et Fellering, et une zone de préservation paysagère et de gestion durable de 1328 hectares se trouve à la périphérie de la première, sur les communes précitées ainsi que sur Ventron et Cornimont. L’ensemble des deux zones correspond au territoire de la Réserve Naturelle Nationale du Massif du Grand Ventron.

Les trois sites français inscris sont la réserve du Grand Ventron (88), la réserve du Chapitre (05) et la réserve de la Massane (66). La labellisation des hêtraies françaises s’inscrit dans un réseau européen de 94 sites remarquables répartis dans 18 pays et les enjeux de protection de nos forêts remarquables. La Secrétaire d’État chargée de la biodiversité a exprimé ses félicitations à tous ceux qui ici ont pu contribuer à ce classement et à la préservation de sites uniques. « On est évidemment tous très très fier », affirme-t-elle. « On espère que vous saurez embarquer avec vous d’autres sites français ». Selon Bérangère Abba, « on retrouve ici un tourisme qui est éco-responsable ». Un espace qui « regorge de biodiversité » a préserver. Il convient selon la Secrétaire d’État de développer des activités qui « ne portent pas atteinte à ces sites ».

Si cette inscription est une reconnaissance internationale d’un patrimoine exceptionnel et des efforts engagés pour le conserver, elle vise également à encourager la conduite d’une gestion exemplaire qui doit viser l’excellence. Ce dans la zone cœur du classement (319 hectares), mais aussi dans les zones tampons périphériques (1328 hectares) qui doivent contribuer à préserver l’intégrité du bien dans ses composantes biologiques, écologiques et paysagère. A l’image de la vieille hêtraie-sapinière du massif du Grand Ventron, ces vieilles forêts sont un héritage issu d’une dynamique naturelle et de processus écologiques de un à plusieurs siècles sans exploitation. Elles jouent un rôle crucial dans le maintien de milliers d’espèces forestières qui constituent souvent des espèces rares ou en voie de disparition. Elles offrent des services écosystémiques essentiels tels que la préservation de la biodiversité, les équilibres hydrologiques, le stockage de carbone.




8 réactions sur “Bérangère Abba, secrétaire d’État à la biodiversité, en visite dans les Vosges

  1. Tonele

    Moi pas compris.

    Moi aimer montagne vosgienne, moi lu ici texte abondant et enthousiaste, moi vu sur photos nombreuses et vénérables personnalités mais pas bien vu forêt.

    S’agit-il bien d’une des fameuses hêtraies d’altitude dite parfois « hêtraie bonsaï » visible sur toute la crête du massif ? Ou d’une hêtraie hêtraie d’arbres plus grands en contrebas ?

    Quoi qu’il en soit, protéger la nature est une bonne idée. En espérant qu’on ait toujours le droit de l’approcher avec respect.

    Peut-être les personnes sur les photos n’étaient pas bien chaussées…

    répondre
  2. Tonele

    Eh ben dis donc, ça vole bas. Cacal, vous êtes, comme moi, caché derrière un pseudo, mais vous, vous détournez peu élégamment un nom de famille. (Avec un seul l, normal que ça vole aussi bas que s’il n’y en avait pas)

    Je demandais juste de quelle genre de hêtraie il s’agissait. Prochain article peut-être…

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.