Search
vendredi 12 août 2022
  • :
  • :

Saint-Etienne : un formulaire pour témoigner des nuisances liées à la centrale d’enrobé

image_pdfimage_print

IMG_0750-1024x768

Fondée en 1993 à Saint Etienne l’association de protection de l’environnement (APE), reconnue d’intérêt général, « met tout en œuvre pour que cessent les nuisances générées par la centrale d’enrobage » exploitée par la société Trapdid Bigoni, implantée sur le territoire de la commune. Pour plus de renseignements sur l’association, rendez vous sur sa page Facebook.

Alors que ces dernières semaines, des habitants protestent contre les nuisances importantes que constituent la pollution de l’air par l’usine, l’association a décidé de lancer un formulaire en ligne pour récolter et centraliser des témoignages. « Depuis quelques semaines, les odeurs de bitume ressenties sur toute l’agglomération romarimontaine sont de plus en plus fréquentes », affirme l’association. Les personnes incommodées par ces nuisances olfactives, nous vous invitons à remplir le formulaire disponible à cette adresse : https://docs.google.com/…/1FAIpQLScLBMl0l4Fo5Y…/viewform. « Votre contribution nous sera très utile afin de remonter ces informations auprès de la Préfecture », explique l’association. L’objectif est ainsi de centraliser les signalements d’odeurs dans le but de « faire cesser ces nuisances ».

 




2 réactions sur “Saint-Etienne : un formulaire pour témoigner des nuisances liées à la centrale d’enrobé

  1. max

    ce n’ est pas d’aujourd’hui ces nuisances…………………………..les gens qui se plaignent me font bien rire………………on se réveille donc !!!
    une vraie calamité sur st etienne oui……une pollution dont on ne connait pas encore les retombées sur la santé ….c’est grave !
    cette usine a été implantée avec l’accord des élus de l’époque , une hérésie !!!! Une telle usine ne devrait pas être la au milieu d’une agglomération , mais plutôt a l’écart , sur une certaine hauteur je pense …..oui elle est utile ; mais pas n’importe ou .

    répondre
    1. Jean Michel

      Bonjour,

      Je suis habitant des hauts de France et je permet de vous répondre suite au reportage d’envoyé spécial France 2 : Bitume la part d’ombre.
      Après la visualisation, j’ai découvert avec encore plus inquiétude l’impact de ces usines.

      Un entrepreneur du BTP installe en ce moment une centrale d’enrobé de type mobile aux portes de notre commune de 5000 habitants pour une durée indéterminée.
      Je suis le plus proche de cette machine environ 125m, notre maison étant sur une pente, son altitude coïncide parfaitement avec la hauteur de cheminée (11m).
      C’est une installation neuve qui va produire 30 kT/an en moyenne pour débuter.
      Elle sera alimentée au gaz de ville pour le brûleur et par le réseau EDF pour la machinerie et chauffage des cuves d’asphalte.

      Nous avons découvert par hasard le projet en août 2021. C’est le maire qui a donné l’autorisation de son implantation sur le terrain communal.
      Malgré l’enquête publique étayée par seulement 9 doléances, la DREAL a donné un avis favorable avec un arrêté préfectoral incluant un contentieux au tribunal administratif d’Amiens.

      La presse locale a déjà émis 2 articles sur ce futur projet, quelques riverains comme moi-même s’inquiètent mais les autres à peine plus loin attendent de voir…
      Dans le dossier disponible sur le site de la DREAL l’entrepreneur réalisera avec l’APAVE la conformité incluant des mesures de bruits et d’odeurs.

      Bien que l’entrepreneur fasse un gros effort pour réduire l’impact (horaires cadrés de 07h00 à 16h00 5j/sem, arrosage en cas de poussière, végétalisation ….).

      Bien que n’étant pas en encore en service, nous ne voulons pas subir les nuisances toujours minimisées par l’exploitant et ceux qui ont autorisé le projet.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.