Search
dimanche 28 nov 2021
  • :
  • :

Tests Covid-19 : les règles du jeu changent ce vendredi Le dépistage sera payant pour une partie de la population

image_pdfimage_print

DSC_1142

Photo d’archive 

Ce vendredi 15 octobre, les règles du jeu changent en ce qui concerne les tests de dépistage de la Covid-19. Ceux ci ne seront plus pris en charge et seront directement payants dans certains cas. Ce changement ne concerne pas tout le monde. 

Voici les prix qui seront appliqués. Un test PCR coûtera désormais quelque 44 euros. Pour les tests antigéniques, le prix peut varier : à partir de 22 euros dans un laboratoire et jusqu’à 45 euros chez un médecin. Les autotests, quant à eux, coûtent 5,20 euros. Mais ils ne permettent pas d’obtenir le « Pass sanitaire ».

La « gratuité » reste valable dans les situations suivantes, selon numerama.com :

– Schéma vaccinal complet (sauf contre-indication à la vaccination), il faudra alors fournir un certificat de vaccination ;

– Personnes mineures, avec confirmation par pièce d’identité ;

– Personnes identifiées comme cas contact par l’Assurance maladie, sur présentation d’un justificatif de contact à risque (mail ou SMS) ;

– Personnes concernées par des campagnes de dépistage collectif (ARS, établissements scolaires…) ;

– Personnes dont les symptômes sont confirmés par une prescription médicale (valable 48h et non renouvelable) ;

– Personnes ayant un certificat de rétablissement de moins de six mois.

En ce qui concerne le vaccin, les injections obligatoires vont être étendues. Les salariés des hôpitaux, cliniques et maisons de retraite, ainsi que les soignants libéraux, aides à domicile, pompiers et ambulanciers devront attester d’un « schéma complet », sous peine de suspension de leur contrat de travail, sans rémunération.




5 réactions sur “Tests Covid-19 : les règles du jeu changent ce vendredi

    1. Fred

      Assez d’accord avec vous.
      Cette plaisanterie des nantis du gouvernement payés à nos frais pour nous contraindre à accepter l’injection d’un produit, en totale contradiction avec notre code pénal (article 312-1) et notre code de la santé (art.L1111-4), tout en nous privant de lits d’hôpitaux (5700 en 2020, donc en pleine crise soi-disant sanitaire) puis aujourd’hui de personnel dans nos services d’urgence et de soins sous prétexte de refus de soumission à leur pseudo autorité n’est pas ressentie comme un jeu.
      Sauf peut-être pour ceux qui nous l’imposent?

      répondre
  1. FanFan88

    Et pendant que les cotisants hostiles à l’ ausweis sanitaire vont payer les tests leur permettant d’accéder à tout les lieux de l’espace public et privé ( ne plus êtres parias pendant 3 jours quel bonheur !!!), on va continuer à attribuer généreusement la CMU à des personnes n’ayant jamais cotisé, et qui ne cotiseront probablement jamais. Cherchez l’erreur !?!

    répondre
    1. Fred

      D’autant plus que l’objectif de 100% de vaccines fixe par Macron est inatteignable.
      Vous pensez réellement qu’ils vont envoyer la police dans les zones de non droit pour aller vacciner des personnes de force avec l’arsenal clandestin dont disposent celles-ci?
      Déjà qu’ils n’ont pas d’ordre pour intervenir dans ces zones en temps normal…

      répondre
  2. Maguy

    Fred ,le vaccin se fait encore tous les jours « d’après les autorités »….mais nombreux vaccinés deux doses ne feront pas la troisième ,(faut pas nous prendre pour des lapins de six semaines non plus) alors d’ici peu , le pourcentage de soit disant »protégés » va diminuer ….Donc vous avez raison, l’objectif ne sera pas atteint .

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.