Search
dimanche 28 nov 2021
  • :
  • :

Vosges : deux chiens maltraités sauvés par une association

image_pdfimage_print

251978198_1236297400181783_9109162881713744288_n-800x360

L’association vosgienne Au Nom des Animaux est à nouveau intervenue pour venir en aide à des chiens. En effet, Nini et Fifi étaient promises à un bien triste avenir sans l’intervention de l’association. 

« Nini était attachée dans un jardin et enfermée dans une camionnette. Fifi vivait au grès des addictions de son propriétaire. Elle vient de passer 3 jours toute seule enfermée dans un appartement de Rambervillers et ça n’était pas la première fois que cela arrivait. D’après les renseignements recueillis sur place cette personne a une interdiction judiciaire de détenir des animaux.« explique l’association.
Une plainte sera donc déposée.
Nini et fifi sont en famille et bonne nouvelle Nini va bientôt être adoptée.
C.K.N.



13 réactions sur “Vosges : deux chiens maltraités sauvés par une association

  1. je ris

    Cette personne a une interdiction de détenir des animaux? C’est quoi alors ce bordel en France! Au lieu de faire chier des automobiliste qui roulent à 51 km/h, n’y a-t-il pas autre chose à foutre?

    répondre
    1. 123SOLEIL

      Même si le vocabulaire employé ne me convient pas, cette remarque est pertinente …. Alors cela sert à quoi les interdictions judiciaires ? que ce soit pour préserver des animaux ou bien des êtres humains en particulier les femmes victimes de violences conjugales. Il paraît que, venant des services de l’Etat, cela s’appelle « dysfonctionnement » !!!

      répondre
    2. JB

      ne profitez pas de ce sujet pour raconter des mensonges : si vous roulez à 51 km/h on ne vous fera pas  » chier  » car il ne se passera rien !
      ne confondez pas vitesse enregistrée et vitesse retenue ( si vous avez eu une contravention avec une vitesse retenue de 51 km/h c’est que vous rouliez au moins à 56 km/h .. ce qui n’est donc pas vraiment la même chose) .

      Maintenant, sur le fond du sujet , on peut effectivement se poser la question de savoir comment cet individu pouvait donc posséder 2 chiens alors qu’il avait une interdiction de posséder des animaux ?? ( ce qui voudrait donc dire que ce n’est pas la 1ére fois qu’il a ce type de comportement )

      répondre
  2. Lexa

    Je ris parle de justice… parlons-en le président d’au nom des animaux fait adopter des chiens alors que ces chiens ne peuvent pas être adoptés…. c’est le verdict du procès qui décide de l’avenir des chiens puisqu’il y aura un procès suite au dépôt de plainte….une des spécialité du président de la dite association, qui ne prend jamais en compte la détresse des maîtres ces derniers subviennent souvent aux besoins de leurs animaux avant leurs propres besoins

    répondre
    1. JB

      un peu trouble votre message… on ne sait pas ce que vous voulez dire ou où est-ce que vous voulez en venir ?
      maintenant, sur ce fait .. ça m’étonnerait que cet individu pensait aux besoins de ces 2 chiens avant les siens ! non ?
      en plus un récidiviste !

      répondre
  3. je ris

    Mesdames, Messieurs, c’est avec mon vocabulaire « basse classe » que j’ai résumé en quelques mots la situation. Vos phrases successives et simultanées n’ont rien ajouté à mes propos. C’est comme ça que Coluche nous expliquait que quand un politique a répondu à une question, on ne se rappelait plus de la question posée. Alors, je répète en vocabulaire noble: plutôt que de mobiliser les forces de l’ordre et la justice pour de la répression bizarre, il serait judicieux de passer à l’essentiel comme ces récidivistes en puissances qui frappent, qui pillent, qui séquestrent, qui président des zones de non droit!!! Cela vous va-t-il, Monsieur JB?

    répondre
    1. Ouille.

      Cela dit, c’est très compliqué pour des forces de l’ordre débordées d’aller vérifier si ceux qui ont une interdiction judicaire de détenir des animaux, en possèdent malgré tout chez eux.
      La France sait pondre des milliers de lois, mais n’a pas les moyens de les faire respecter.

      répondre
      1. chouki

        « débordées » ?
        Tellement « débordées » qu’elles externalisent les contrôles de vitesse par des supplétifs indigènes.
        (Mais ils seront étroitement contrôlés et « coachés » par les sevices de la préfecture… plaisante farce)

        répondre
        1. Ouille.

          Ces radars mobiles sont surtout pour l’état une façon de remplir les caisses.
          Cela dit, au vu de la montée exponentielle des violences, délits et incivilités, autant mettre nos insuffisantes FO dans des endroits ou ils sont vraiment indispensables, qu’au volant de bagnoles ou ils peuvent être supplées sans soucis par un quidam lambda.

          répondre
    2. JB

      tout me va dés l’instant où vous ne laissez pas entendre des faits erronés 😉
      et je suis complétement d’accord que chercher la répression routière par tous les moyens a un prix : celui de laisser l’impunité à une multitude de petits délits qui pourrissent la vie des gens faute de temps de s’en occuper !

      répondre
  4. je vous l avais deja dit

    il faudra apprendre a lire bande de nuls;

    on parle de chiens maltraites !!!pas de vitesse au volant

    je crois que ce n est pas tout a fait pareil

    coluche l avait dit : les cons de l annee prochaine sont deja la!!!

    répondre
  5. je ris

    Pour la connerie de ces deux là, il n’y a vraiment plus rien à faire….hélas, pitié les pauvres esprits, les cieux leur appartiennent. Bon vent à vous.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.