Search
samedi 29 jan 2022
  • :
  • :

Dégâts causés par des sangliers : poursuite du plan d’actions engagé par l’État Communiqué de la Préfecture

image_pdfimage_print

wild-boar-6749871_960_720

Photo d’illustration 

Communiqué de la Préfecture des Vosges 

Afin de contenir la progression des dégâts de sangliers sur les cultures et de répondre au sentiment général d’exaspération des différents acteurs de la ruralité, Yves Séguy, préfet des Vosges, a ordonné une battue administrative ce jeudi 23 décembre 2021 sur la forêt communale de Pargny-sous-Mureau.

Malgré les efforts salués des chasseurs du département pour réduire de façon significative les populations de sangliers, l’animal a occasionné des dégâts importants aux exploitations agricoles du secteur. Pour la campagne 2019-2020, le montant des indemnisations versé par la fédération départementale des chasseurs des Vosges pour ce sous-massif s’est élevé à 110 000 €, soit un montant 3,5 fois supérieur à la moyenne par sous-massif. Lors des trois dernières années la densité de prélèvements constatée a été en moyenne de 11 sangliers aux 100 hectares boisés, alors que le seuil d’urgence défini pour les risques sanitaires et les dégâts est de 6 individus pour 100 hectares boisés.

L’État a mis en œuvre d’importants moyens. En effet, ce sont plus de 50 personnes qui ont été mobilisées, parmi lesquelles les lieutenants de louveterie du département des Vosges et des départements limitrophes, des chasseurs, des traqueurs et des agriculteurs titulaires du permis de chasser, ainsi que des agents de l’Office National des Forêts, sollicités par le préfet des Vosges dans le cadre des mesures de police administrative. Les opérations ont permis le prélèvement de sangliers.

Afin de garantir la sécurité des usagers de la route, le long des axes reliant Coussey à Liffol-le-Grand (D71 et D71D) et Pargny-sous-Mureau à Mont-les-Neufchateau (D71), des panneaux de signalisation ont été disposés le temps des opérations invitant les usagers à la prudence. Des rondes de la gendarmerie nationale ont complété le dispositif. Les règles de sécurité ont été scrupuleusement respectées pendant la battue. Enfin, des conducteurs de chiens spécialisés étaient présents afin de rechercher, le cas échéant, les animaux blessés.

Alors que la population de sangliers demeurent encore trop élevée sur certains secteurs du département, ce qui entraîne parfois des tensions entre monde agricole et chasseurs, le préfet appelle tous les acteurs à conjuguer leurs efforts afin de réduire les dégâts occasionnés aux cultures.

Cette opération s’inscrit dans le cadre du plan d’actions engagé par l’État pour la maîtrise des dégâts dus au sanglier dans le département. Après le classement de celui-ci en espèce susceptible d’occasionner des dégâts et les actions déjà réalisées en avril 2021 dans le secteur de Rambervillers, des mesures similaires pourront être envisagées sur d’autres secteurs du département, au cas où les titulaires de droits de chasse ne mettent pas tout en œuvre pour rétablir l’équilibre agro-sylvo-cynégétique.

rv 1




6 réactions sur “Dégâts causés par des sangliers : poursuite du plan d’actions engagé par l’État

  1. Paul

    Dans les années 80 les chasseurs se sont « entichés » de la chasse au gros, les sociétés de chasses ont (et continuent) favorisé la prolifération du sangler par nourrissage et élevage des sangliers pour assouvir leur passion, celle de traquer pour tuer !
    Aujourd’hui l’état cautionne ce système en mettant en place des plans d’abatage, ou le « chasseur-éleveur » devient également le sauveur puisque aux yeux du grand public il n’est en rien responsable de cette prolifération. L’est pas belle l

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.