Search
samedi 29 jan 2022
  • :
  • :

Remiremont : au lycée Malraux, une salle porte désormais le nom de Samuel Paty Un hommage a été rendu ce jeudi au professeur assassiné par un islamiste l’an dernier

image_pdfimage_print

DSC_0417

Au lycée Malraux de Remiremont, une salle porte désormais le nom de Samuel Paty, père de famille et enseignant décapité par un islamiste en octobre 2020. Professeurs, lycéens et élus se sont réunis ce jeudi en fin d’après-midi pour lui rendre hommage et présenter des travaux réalisés sur le thème de la laïcité, à l’occasion de la Journée de la Laïcité.

Depuis quelques années, la France subit de nombreuses attaques terroristes meurtrières au nom de l’islamisme. Les victimes sont des jeunes assistant à un concert, des amis installés à la terrasse d’un café, des prêtres, un sacristain, des chrétiens en prière dans une église, des enfants inscrits dans une école juive, des français venus fêter le 14 juillet en bord de mer, plusieurs centaines de personnes. Derrière le visage de chacun de ces français abattus, égorgés, renversés, il y a une vie fauchée et des proches dans le deuil. C’est pour avoir montré en classe une caricature du fondateur de l’Islam Mahomet que Samuel Paty a été décapité, suite à des accusations d’islamophobie portées contre lui sur les réseaux sociaux. Un enseignant tué pour avoir simplement fait son métier d’enseignant.

Ce jeudi soir, Catherine Engelbert, professeur d’histoire au lycée André Malraux est revenue brièvement sur cette journée d’octobre 2020 au cours de laquelle la terrible nouvelle traversa la France. Après les événements, le portrait du professeur a été installé dans les salles de classe. Pour rendre un nouvel hommage, il a été décidé donner le nom de Samuel Paty au cabinet des professeurs d’Histoire Géographie. Il est important « que ce drame ne s’efface pas des mémoires », affirme Catherine Engelbert. Une plaque a été dévoilée en présence notamment du maire Jean Benoît Tisserand, du député Christophe Naegelen, de Anne-Marie Dulucq, adjointe au Maire en charge de l’éducation, de la conseillère municipale Yveline Le Marec, du professeur d’Histoire Géographie Jean Charles Tisserand, du proviseur du lycée Frédéric Carlier.

Des élèves en classe de seconde étaient également présents. Ils ont réalisé quatre travaux pour cette journée. Toutes ces réalisations tournent, comme les discours des élus, autour des fameuses « valeurs de la République », de la « laïcité », de la devise « liberté, égalité, fraternité », etc. Une carte, une fenêtre, un drapeau, des ballons portants des ficelles avec les mots « coexister », « choix », « droits », qui ont été libérés et se sont envolés et arrêtés au plafond. Des élèves ont également procédé à la lecture d’articles de la Charte de la laïcité et du discours de Robert Badinter en hommage à Samuel Paty. « C’est important que les jeunes soient présents ce soir », a affirmé le maire Jean Benoît Tisserand. « C’est vous l’avenir de la nation ». 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.