Search
dimanche 7 août 2022
  • :
  • :

Rupt-sur-Moselle : top départ pour la 138ème Foire aux harengs !

image_pdfimage_print

DSC_2082

Après deux années d’interruption, le Salon des Vins et du Terroir de Rupt sur Moselle organisé par Rupt Anim’ est de retour ce week-end, à l’occasion de la 138ème Foire aux harengs. Plus de 40 exposants venus de toute la France présentent leurs produits au gymnase municipal. De nombreux viticulteurs sont au rendez-vous, ainsi que des producteurs de bière, pain d’épice, miel, pop corn, tomates, olives, etc. Un programme important prévu pour le retour de cet événement important de l’année. La Foire aux harengs a une longue histoire : 

La Foire de mars a été choisie parmi les 12 foires qui existaient avant 1825, nous apprend ruptsurmoselle.fr. Installées le long de la route nationale à cette époque, elles posent déjà des problèmes de circulation puisque, par une lettre du 19 février 1863, le Sous-Préfet de Remiremont demande au Maire de Rupt sur Moselle de transférer ailleurs ces foires. Jusqu’en 1881, on retrouve 4 foires et c’est par une décision du 15 avril 1881 que le Conseil Municipal de Rupt sur Moselle décide de maintenir cette foire de mars. Les foires de mi-août et octobre sont donc annulées. La seule foire qui se tient à Rupt sur Moselle, le 3ème mercredi de mars devient  » La Foire aux harengs », qui a vu le jour en mars 1882. Pour permettre une participation du monde salarié, en 1973, le Conseil Municipal décide de la déplacer au 3ème samedi de mars. Elle s’est maintenue le long de la route nationale 66 et au village du pont de Rupt jusqu’en 1969. Actuellement, elle est transférée au centre de la localité. La foire actuelle est la survivante de l’évolution des conditions de vie. C’est ainsi que le 3ème samedi de mars, les ruppéens auront en majorité du hareng frais au menu. Autrefois, il s’agissait exclusivement de harengs salés conditionnés en tonnelet. A la sortie de l’hiver, les légumes frais étaient rares. Les poissons frais d’étang et de rivières étaient réservés à la classe noble. Le peuple sortait de la période d’abstinence imposée par le carême et n’avait d’autre choix que de consommer du poisson salé venant des mers lointaines. Les harengs étaient très prisés. Pour en faciliter le commerce, un point de vente avait été fixé à Rupt sur Moselle.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.