Search
lundi 16 mai 2022
  • :
  • :

Remiremont : des habitants réunis devant l’hôpital pour évoquer la situation du système de santé « La santé n'est pas une marchandise ! », selon le président de l’Ademat-h

image_pdfimage_print

DSC_1369

Dans le cadre de la Journée mondiale de la santé, l’Ademat-h (Association de défense maternité et Hopital Remiremont) a organisé un rassemblement ce jeudi 7 avril devant l’hôpital de Remiremont. Des dizaines de personnes se sont réunies pour évoquer la situation du système de santé sur le territoire vosgien, que ce soit l’hospitalier ou la médecine de ville. Plusieurs élus locaux étaient présents, parmi lesquels le sénateur Jean Hingray. 

Le président de l’Ademat-h a commencé son intervention par une nouvelle positive : « les 2 cardiologues africains les docteurs Bah et Ahinaga sont à leur postes à Remiremont et Epinal et ils vont rester ici ». L’Association de défense maternité et Hopital Remiremont, en lien avec la Coordination Nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, a souhaité manifester une nouvelle fois devant cet établissement public de santé « qui doit rester le poumon de notre territoire ». L’objectif de ce rendez-vous était de « Lutter contre la marchandisation et la privatisation de la santé et de la protection sociale, c’est défendre le service public et les biens communs, contre les intérêts privés », selon les mots de Jean Pierrel. « C’est redire en cette journée mondiale de la santé combien nous sommes solidaires des organisations associatives, syndicales et politiques qui luttent avec nous pour l’accès aux soins pour toutes et tous, partout, sans barrières financières ni géographiques. Une nouvelle fois nous tenons à dénoncer la casse de nos hôpitaux publics par un mode de gestion copie sur le privé qui privilégie la rentabilité à l’humain, la gestion comptable à la mesure de l’état de santé des populations, la suppression des lits et des services à la réponse aux véritables besoins des patients et des personnels ».

« La santé n’est pas une marchandise (…) Nous ne voulons pas de promesses mais des actes parce que la santé fait partie de notre bien commun! »

Plusieurs revendications ont été présentées. « Il nous faut un service de cardiologie interventionnelle avec coronarographie à l’hôpital d’Epinal pour tous les Vosgiens et Hauts-Saônois du bassin de vie », affirme le président de l’association organisatrice de la manifestation. « Il nous faut aussi un second IRM a l’hôpital de Remiremont ou dans le bassin de vie, à demeure ou mobile. Oui pourquoi pas un IRM mobile, le directeur de l’hôpital y est favorable, pour répondre à temps aux besoins et faciliter les diagnostics et les prises en charge. Une seule autorisation a été accordée pour les Vosges et c’est la région de St Dié qui en bénéficiera prioritairement. De l’avis de tous, il en faut un second dans notre bassin de vie ». Autre revendication : des consultations en dermatologie et en ophtalmologie, avec opération de la cataracte. « Elles doivent pouvoir être proposées à l’hôpital de Remiremont. C’est le rôle du service public ». Parmi les autres sujets évoqués, la situation présente dans certaines communes voisines. « Nous réclamons une solution sérieuse pour garantir une présence d’un médecin généraliste à Saint-Maurice », affirme Jean Pierrel. « Les médecins du Thillot ne peuvent pas accueillir tous les habitants de Bussang, Saint-Maurice et Fresse sur Moselle comme le suggère l’ARS, et encore moins se rendre aux urgences de l’hôpital de Gérardmer en cas de besoin. Nous demandons une réponse médicale à un besoin urgent, pas une réponse administrative inadaptée ».




9 réactions sur “Remiremont : des habitants réunis devant l’hôpital pour évoquer la situation du système de santé

    1. chouki

      « « La santé n’est pas une marchandise ! », selon le président de l’Ademat-h »
      Je suis entièrement de son avis !
      Ce n’est hélas pas l’avis d’un « cabinet conseil » qui vend, certainement un pognon dingue, ses consignes à faire exécuter au ministère qui les propage sous forme de notes applicables sans délai aux Ars à la botte.
      Conclusion, pendant le pique de contaminations 2020/2021 on continue de fermer énergiquement et sans arrêt des lits d’hôpitaux tout en prétendant l’inverse… les fourbes.
      Dimanche, vous avez le pouvoir de retrouver un système de santé serein, humain, intelligemment dirigé et au profit de tous.
      Et le 24, c’est « stop ou encore » ?

      répondre
      1. Des sous pour l'hôpital de RMT

        Oui peut être mais je suis dégoûté, on était encore très peu. Ça m’énerve c’est pas normal qu’il y’est si peu de gens qui se sentent concernés.
        Etre aussi peu c’est donner des arguments pour les autorités compétentes à continuer cette casse de l’hôpital public.
        Bougez vous

        répondre
      2. christian

        je ne vois pas ce qui vous permet de penser qu un candidat , d’un coup de baguette magique et de façon incantatoire va résoudre effectivement tous les problèmes du système de santé sans coup férir alors que la formation et le changement de mentalités des soignants demande plus de 10 ans.
        Sans parler de vos fermetures obstinées de lits: les lits qui ont été fermés depuis deux ans l ont été soit faute de personnel soit parce qu inutiles depuis longtemps soit remplacés par des lits plus techniques et correspondant aux besoin actuels. Le différentiel à la marge est consultable très facilement en ligne. Sachant que le budget des hôpitaux n’a jamais autant augmenté que durant ce quinquennat
        De plus vous ne semblez à l évidence pas connaître le fonctionnement et le rôle des cabinets conseils et le l’ars.
        Le plus risible est l utilisation du terme retrouver un systeme serein qui supposerait qu il l’a déjà été alors qu avant la (mauvaise) mise en place du nouveau système soumis à une sorte de « rentabilité » c’était depuis les années 50 la gabegie totale au plus grand détriment du contribuable.
        Conclusion: démagogie et populisme ne résolvent aucun problème

        répondre
        1. arrête !

          enfin un vrai constat et un argumentaire objectif .. merci Christian :)
          on s’aperçoit depuis des mois que la propagande et la désinformation est le travail de certains pseudos (ici et ailleurs ! ) bien abreuvés de discours  » clés en main  » construits par des politiques ou traduit d’une langue étrangère en copier-coller de sites internet et bien manipulés comme il le faut comme des petits soldats !

          Effectivement la crise de la santé couve depuis bien longtemps !
          Nous cumulons aujourd’hui un manque cruel de moyens humains et financier et surtout de bon sens car des décisions sont prises uniquement sur un domaine comptable. La crise sanitaire mondiale que nous traversons n’a pas encore suffisamment éclairé l’esprit de certains décisionnaires …

          répondre
  1. chouki

    Un sénateur a œuvré pour la modernisation de l’hôpital, la conservation des « services » dans la vallée et favorisé son ouverture sur l’extérieur par routes et rail.
    C’était avant.
    Et maintenant ?

    répondre
  2. Martine

    le monde rural a été la bête à abattre par soucis d’économie d’un système bien rodé, on en subit les conséquences sur ce long terme et dans tous ls domaines .

    répondre
  3. Constat

    On a vacciné à tour de bras pour « qu’il n’y ait pas besoin de plus de lits à l’hôpital « . Ce que j’écris est simplifié , mais c’est comme ça que je vois les choses . D’ailleurs , pendant la crise , on a continué à fermer des lits !En vaccinant pour ceci , pour cela , et dans l’hypothèse que les « vrais vaccins « fonctionnent , nos dirigeants pensent qu’il y aura moins de monde à l’hôtital ….

    répondre
    1. arrête !

      NON.. encore une légende urbaine qui arrange bien ceux qui veulent colporter de la m… !
      les lits fermés pendant la crise l’ont été uniquement à cause de manque de personnel car ils ne pouvaient pas être à 2 endroits à la fois !
      je vous invite à vous renseigner correctement.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.