Search
vendredi 27 mai 2022
  • :
  • :

Un téléfilm original présenté pour la toute première fois à Plombières Sam Karmann et Catherine Wimphen étaient invités pour les 4 ans de la réouverture du cinéma

image_pdfimage_print

DSC_0061

A l’occasion des quatre ans de la réouverture du cinéma de Plombières, les membres de l’association on préparé un programme exceptionnel. Le célèbre acteur et réalisateur Sam Karmann et sa co-autrice et compagne Catherine Wimphen sont venus présenter le nouveau téléfilm « Amis d’enfance ». Un film tout à fait original dans son concept de départ.

Il s’agit d’une fiction théâtrale, filmée à la manière d’un téléfilm dans et à l’extérieur d’une belle demeure provençale. A plusieurs reprises, on voit des spectateurs, installés sur une estrade à quelques mètres des acteurs. Un mélange étonnant de scène, de cinéma et de télévision. « C’est un film, mais pas tout à fait. C’est une pièce de théâtre, mais pas tout à fait », explique Sam Karmann. « C’est un peu entre les deux ». Et le choix des acteurs correspond à cette démarche. « On a quatre comédiens qui sont rompus au théâtre », affirme Catherine Wimphen.

A l’issue de la projection, au cours de laquelle ils ont pu observer les réactions de la salle, les deux créateurs ont échangé avec les spectateurs, expliqué le développement de cette idée, la préparation du tournage, la recherche du décor, le recrutement des acteurs : Isabelle Gélinas, Nicolas Briançon, François Vincentelli, Anne Jacquemin. Le tournage a été particulièrement court, expliquent Sam Karmann et Catherine Wimphen. « On a eu trois jours de répétition. Huit jour de tournage, et huit nuits ». Ce qui pour un tournage « classique » représenterait un peu plus d’une vingtaine de journées de travail.

Avec l’écriture dramaturgique théâtrale, le découpage en actes, la visibilité d’un public à l’écran est l’une des caractéristiques majeures de l’œuvre. Les spectateurs, sur leur estrade, ne sont cependant pas trop présents. « Çà vient comme ça, par touches », à quelques moments du récit. Ces figurants ne sont venus qu’une journée. « Eux, ils n’ont rien compris à ce qu’ils voyaient », affirme la co-autrice. Ils n’ont vu que des morceaux de scènes. D’après Catherine Wimphen, le procédé, de manière générale, est à réutiliser. Car le théâtre filmé est habituellement « difficile à regarder », avec des acteurs qui surjouent, pour le fond de la salle.

« Pierre et Aline, la cinquantaine, décident de profiter une dernière fois de leur maison d’hôtes dont ils cessent l’activité, en invitant des amis. C’est au tour de Max, ami d’enfance de Pierre et de sa femme Charlotte d’être invités. La semaine promet d’être belle entre le Festival d’Avignon et de bonnes bouffes bien arrosées. Mais comment faire perdurer ces amitiés nouées dans l’enfance et que l’on tente une fois l’an de relancer quand les trajets de vie de chacun n’ont fait que diverger au fil du temps… ». Quelques thèmes de société sont très brièvement abordés, tels que le mouvement des gilets jaunes ou la crise de la Covid-19 .

Le thème central est en fait celui de l’amitié. « Ces amitiés que l’on ne remet jamais en question, parce qu’elles sont tellement fortes, tellement anciennes », explique Sam Karmann. « On avait envie de parler de ça, parce que j’ai l’impression que c’est quelque chose qui peut toucher tout le monde, ces amitiés d’enfance ». Ce téléfilm a été écrit en couple, à quatre mains. « On avait fait des tentatives un peu malheureuses où on s’était pas mal engueulés », affirme Catherine Wimphen. Cette fois-ci, tout semble s’être bien mieux passé.

Pour conclure la soirée, démarrée autour d’un apéritif vosgien, les deux invités se sont vus remettre un trophée d’ENthousiaste Ami de la Résistance Cinématographique de Plombières (ENARC de Plombières).




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.