Search
mardi 9 août 2022
  • :
  • :

Cet été avant d’aller aux urgences, j’appelle le 15 ! Communiqué de l'ARS Grand Est

image_pdfimage_print

doctor-g9823e3a83_1920

Face à l’afflux toujours plus important de patients et aux tensions hospitalières estivales qui conduisent à une forte augmentation de l’activité pour les établissements de santé, il est important de rappeler à tous qu’avant de se rendre aux urgences, si j’ai besoin de soins, j’appelle d’abord 15.

Les urgences ont vocation à prendre en charge les urgences vitales qui nécessitent une réponse immédiate. Les services d’urgences sauvent des vies chaque jour, soulagent de fortes douleurs, soignent des blessures graves et pratiquent des gestes d’experts. Ils sont au service de tous mais pour rester efficaces, ils doivent se concentrer sur les patients en réel état d’urgence.

Les bons réflexes

Appeler d’abord son médecin traitant ou son remplaçant Très souvent, votre médecin traitant peut vous soigner et vous donner rapidement les meilleurs conseils. Il doit toujours être l’interlocuteur à privilégier. Si votre médecin n’est pas disponible, appelez le 15. Appeler le 15 avant de se rendre aux urgences Les Centres 15 sont composés de médecins hospitaliers, libéraux et d’auxiliaires de régulation. Ils assurent une écoute médicale téléphonique permanente et un rôle de régulation. En fonction de la situation rencontrée, ils déterminent et déclenchent dans les plus brefs délais la réponse la plus adaptée. En dehors des heures d’ouverture du cabinet de votre médecin ou de votre centre de santé un médecin régulateur vous écoute, évalue la situation et :

– Vous apporte un conseil médical,

– Vous oriente vers le médecin de garde

– Vous oriente vers une structure d’urgence / mobilise une structure d’urgence

Pour toute urgence vitale, faites le 15.

Communiqué 



9 réactions sur “Cet été avant d’aller aux urgences, j’appelle le 15 !

  1. Greenzebra

    Encore une décision crétine…tout ça pour délester les urgences hospitalières en souffrances par manque de moyens…certes mais les centres d’appels sont déjà à bout de souffle, y compris celui tant vanté de notre département…
    Un des problèmes en amont est le fait qu’il n’y ait plus de généralistes, ceux-ci voulant être aux 35 heures et en dehors des heures ouvrables ou de leurs congés annuels affichent un écriteau sur le pas de la porte: « en cas d’urgence faites le 15 », idem pour les dentistes…

    répondre
  2. gisele

    depuis la création des ARS la gestion des urgences et des soins de manière générale est de plus en plus catastrophique :( et en plus ça  » nous coute un pognon monstre  » !

    répondre
  3. ZAZZOU

    Incroyable, ce sera bientôt impossible de se soigner. Que de temps passé au téléphone lorsque le 15 est déjà surchargé, comme les urgences, alors que faire?

    répondre
  4. Maitre Corbeau

    Et ce gouvernement qui ne parle même pas de la situation des hôpitaux , c’est inacceptable . On fait tout et n’importe quoi sauf prendre le problème au sérieux . S’il arrive une bricole à Macron ( genre écharde dans un doigt ) , vous croyez qu’il va faire le 15 ? , de suite on bloque tout un étage d’un établissement pour ce genre de « mec » . Alors , il est évident que nous ne sommes pas tous à égalité devant les soins .

    répondre
  5. John

    Allez, tous sur batterie c’est à la mode…de chez nous !
    On prend encore et encore le problème à l’envers.
    1: réintégrer les suspendus.
    2: embaucher du personnel.
    3: ouvrir des services de santé.
    4:fini le numérusclosus
    5: mettre les jeunes médecins 3 ans dans les endroits en tension.
    6: virer notre ministre de la santé et le gouvernement actuel.
    7: vive la France, mais encore pour combien de temps ???
    8: Flambi reviens !

    répondre
  6. STOPMONARC

    virer les ARS
    réintégrer les suspendus qui ont été humiliés comme pas permis
    …et payer enfin CORRECTEMENT le personnel dévoué qui semble avoir enfin compris qu’on a trop longtemps abusé de son abnégation !

    répondre
  7. John

    On veut tuer notre population no plus ni moins, ils l’ont fait avec le covid en interdisant l’ivermectime chloroquine et en ventilantles malades avec des respirateur de transport ou en les laissant crever chez eux sans parler des effets létaux du vaccin et maintenant il faut appeler le 15 pour se déculpabiliser à cause du manque de soignants suspendus ,démissionnaires ou interactivité de l’emploi. La honte ! Les têtes doivent tomber.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.