Search
jeudi 8 déc 2022
  • :
  • :

Une toute nouvelle brasserie vosgienne au Girmont Val d’Ajol

Écouter cet article
image_pdfimage_print

Brasserie Girmont (11)

Une nouvelle brasserie a été ouverte il y a quelques mois dans les Vosges. Plus précisément au Girmont Val d’Ajol. C’est là que Renaud Jalocka, originaire de Plombières-les-Bains, a décidé d’installer son entreprise.

Le jeune vosgien n’en est pas à ses débuts dans le domaine brassicole. Il a commencé la production très tôt, alors encore mineur, chez ses parents. Pendant plusieurs années, il a brassé de la bière à titre privé. Il a aussi produit de la liqueur. « Çà fait 20 ans que je peaufine mes Brasserie Girmont (19)recettes », explique le brasseur. D’autres alcools s’ajouteront peut être prochainement à la production de bière. « C’est un domaine qui m’intéresse beaucoup aussi ».

Comment Renaud Jalocka en est-il venu à la création de la « Brasserie de Girmont Val d’Ajol » ? Tourneur-fraiseur de formation, musicien, il a exercé plusieurs professions avant de démarrer son entreprise. Il a notamment travaillé pendant un an dans une brasserie à Metz. Il a ensuite envisagé le domaine de la cuisine ou le métier de barista. « C’est vraiment ça qui m’intéresse, être dans un métier qui régale les papilles ». C’est finalement du côté de la production d’alcool qu’il s’est orienté.

Lors qu’est apparue la mode des micro-brasseries, et que de nombreuses personnes se sont lancées dans cette production, Renaud Jalocka s’est dit « pourquoi pas ? ». En effet, l’entrepreneur vosgien Brasserie Girmont (5)dispose d’une bonne expérience dans le domaine. Cela a servi de déclic. « C’est comme ça qu’est née la brasserie », affirme-t-il. Après avoir vécu un temps en Moselle, il était temps de changer d’air. « Il y a eu vraiment une envie de retourner dans les Vosges ». On le comprend.

C’est finalement au Girmont-Val-d’Ajol que Renaud Jalocka a posé ses cartons. « Un petit village qui respecte les valeurs que je prône », affirme-t-il. « Ils aiment bien les bonnes choses ici ». Un joli coin des Vosges animé et accueillant. Le brasseur s’est installé en février dans sonBrasserie Girmont (1) local de 72 mètres carrés. Le début d’une belle aventure. Il a fallu effectuer des travaux, rassembler du matériel, pour pouvoir enfin démarrer la première production girmontoise.

La brasserie est fondée sur plusieurs principes : une production 100 % bio, une préférence pour le local et le circuit court. La bière a obtenu la certification bio. Prochaine étape en vue, l’obtention de la certification « Nature et Progrès ». Pour les matières premières, l’objectif est de trouver au plus près. « Les cartons, ils viennent d’Eloyes. Les bouteilles, c’est du Made in France ». Le houblon bio vient d’Alsace et de Moselle, le malte d’Auvergne et de Belgique.

Brasserie Girmont (15)L’entrepreneur choisit également de ne pas trop mécaniser sa production. « Je fais tout à la main », explique-t-il. « Je n’ai pas de moteur pour brasser ma cuve ». Les bouteilles sont étiquetées à la main. En ce qui concerne la distribution, là encore, c’est le local qui prime. « Priorité à la vente directe, aux petits marchés locaux, aux restaurateurs ». La bière est aussi vendue dans des magasins spécialisés bio.

« Pour faire une bière, il faut environ 5 semaines », affirme Renaud Jalocka. Il y a possibilité de produire 400 litres par semaine actuellement. Et le brasseur n’a pas l’intention de produire beaucoup plus. « Il faut que ça reste une bière locale, une bière de village. Plus on grossit, plus il faut industrialiser, acheter des machines ». Ce n’est pas le projet. Pour l’instant, une bière blonde est proposée, ainsi qu’un ambrée à triple fermentation. D’autres viendront plus tard compléter la gamme : bière aux fruits, stout aux noisettes, etc.

 

Brasserie Girmont (11)

Une nouvelle brasserie a été ouverte il y a quelques mois dans les Vosges. Plus précisément au Girmont Val d’Ajol. C’est là que Renaud Jalocka, originaire de Plombières-les-Bains, a décidé d’installer son entreprise.

Le jeune vosgien n’en est pas à ses débuts dans le domaine brassicole. Il a commencé la production très tôt, alors encore mineur, chez ses parents. Pendant plusieurs années, il a brassé de la bière à titre privé. Il a aussi produit de la liqueur. « Çà fait 20 ans que je peaufine mes Brasserie Girmont (19)recettes », explique le brasseur. D’autres alcools s’ajouteront peut être prochainement à la production de bière. « C’est un domaine qui m’intéresse beaucoup aussi ». Comment Renaud Jalocka en est-il venu à la création de la « Brasserie de Girmont Val d’Ajol » ? Tourneur-fraiseur de formation, musicien, il a exercé plusieurs professions avant de démarrer son entreprise. Il a notamment travaillé pendant un an dans une brasserie à Metz. Il a ensuite envisagé le domaine de la cuisine ou le métier de barista. « C’est vraiment ça qui m’intéresse, être dans un métier qui régale les papilles ». C’est finalement du côté de la production d’alcool qu’il s’est orienté. Lors qu’est apparue la mode des micro-brasseries, et que de nombreuses personnes se sont lancées dans cette production, Renaud Jalocka s’est dit « pourquoi pas ? ». En effet, l’entrepreneur vosgien Brasserie Girmont (5)dispose d’une bonne expérience dans le domaine. Cela a servi de déclic. « C’est comme ça qu’est née la brasserie », affirme-t-il. Après avoir vécu un temps en Moselle, il était temps de changer d’air. « Il y a eu vraiment une envie de retourner dans les Vosges ». On le comprend. C’est finalement au Girmont-Val-d’Ajol que Renaud Jalocka a posé ses cartons. « Un petit village qui respecte les valeurs que je prône », affirme-t-il. « Ils aiment bien les bonnes choses ici ». Un joli coin des Vosges animé et accueillant. Le brasseur s’est installé en février dans sonBrasserie Girmont (1) local de 72 mètres carrés. Le début d’une belle aventure. Il a fallu effectuer des travaux, rassembler du matériel, pour pouvoir enfin démarrer la première production girmontoise. La brasserie est fondée sur plusieurs principes : une production 100 % bio, une préférence pour le local et le circuit court. La bière a obtenu la certification bio. Prochaine étape en vue, l’obtention de la certification « Nature et Progrès ». Pour les matières premières, l’objectif est de trouver au plus près. « Les cartons, ils viennent d’Eloyes. Les bouteilles, c’est du Made in France ». Le houblon bio vient d’Alsace et de Moselle, le malte d’Auvergne et de Belgique. Brasserie Girmont (15)L’entrepreneur choisit également de ne pas trop mécaniser sa production. « Je fais tout à la main », explique-t-il. « Je n’ai pas de moteur pour brasser ma cuve ». Les bouteilles sont étiquetées à la main. En ce qui concerne la distribution, là encore, c’est le local qui prime. « Priorité à la vente directe, aux petits marchés locaux, aux restaurateurs ». La bière est aussi vendue dans des magasins spécialisés bio. « Pour faire une bière, il faut environ 5 semaines », affirme Renaud Jalocka. Il y a possibilité de produire 400 litres par semaine actuellement. Et le brasseur n’a pas l’intention de produire beaucoup plus. « Il faut que ça reste une bière locale, une bière de village. Plus on grossit, plus il faut industrialiser, acheter des machines ». Ce n’est pas le projet. Pour l’instant, une bière blonde est proposée, ainsi qu’un ambrée à triple fermentation. D’autres viendront plus tard compléter la gamme : bière aux fruits, stout aux noisettes, etc. [gallery type="rectangular" link="file" size="medium" ids="348303,348305,348296"]  



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.