Search
jeudi 8 déc 2022
  • :
  • :

Vosges : faire face aux épisodes de sécheresse A Saint-Etienne, la Moselle est à un niveau particulièrement bas pour la période

Écouter cet article
image_pdfimage_print

 

moselle secheresse et écrevisses (9)

Le préfet des Vosges, Yves Séguy, s’est rendu ce matin au bord de la Moselle, rue du pont du Cheneau à Saint-Etienne-les-Remiremont, en compagnie notamment de Dominique Bemer, directeur de la Direction Départementale des Territoires (DDT) et de Marc Collas, de l’Office français de la biodiversité.

L’objectif de cette rencontre était de faire le point sur la situation hydrologique du département et la gestion des épisodes de sécheresse présent et à venir. Premier constat, le niveau est très bas et le débit extrêmement faible. C’est une situation que l’on retrouve en de nombreux points du Département, avec des affluents souvent à sec. Les niveaux d’alertes enclenchés sont en avance par rapport aux années précédentes dans les bassins hydrographiques vosgiens. Après une année 2021 plus favorable, il semble que nous reprenons le train en marche précédemment. Ce qui se constate ici à Saint-Etienne. « Il y avait eu ici en 2020 un assèchement total », affirme Marc Collas. « On est dans une situation qui n’a que peu de précédents dans le département des Vosges (…) Tout ça s’explique par la diminution des précipitations ». L’un des problèmes engendrés par cette situation est la disparition d’animaux aquatiques et d’insectes sur les zones desséchées. « Il y a une véritable perte ». En espèces et en nombre.

« L’eau est un bien commun dont il appartient à chacun de préserver la ressource »

« Aujourd’hui, nous nous retrouvons dans une situation extrêmement tendue », affirme Yves Séguy. « Les prévisions météo pour les prochaines semaines ne sont pas très optimistes ». Des mesures de précautions et de restrictions ont été mises en place et le serons probablement à nouveau. Des contrôles du respect de la réglementation sont organisés, affirme Marc Collas, chef de police Départemental adjoint de l’OFB. Une dizaine de contrôles a été effectuée la semaine dernière toutes les entreprises inspectées se sont avérées en conformité avec les règles. Par ailleurs, un suivi détaillé de la ressource en eau est effectué. Des bilans d’évolution des niveaux des cours d’eau et des nappes. « C’est un point qui est réalisé actuellement chaque semaine », affirme Dominique Bemer. Un guide sécheresse est notamment envoyé aux collectivités locales. Selon le directeur de la DDT, des arbitrages sont à faire, notamment par les élus locaux, sur l’usage de l’eau disponible.

La réunion de ce lundi matin a aussi été l’occasion d’évoquer le problème des espèces invasives, comme l’écrevisse du pacifique, présente en nombre dans les cours d’eau du département. Mais c’est une autre histoire.

 

moselle secheresse et écrevisses (9)

Le préfet des Vosges, Yves Séguy, s’est rendu ce matin au bord de la Moselle, rue du pont du Cheneau à Saint-Etienne-les-Remiremont, en compagnie notamment de Dominique Bemer, directeur de la Direction Départementale des Territoires (DDT) et de Marc Collas, de l’Office français de la biodiversité.

L’objectif de cette rencontre était de faire le point sur la situation hydrologique du département et la gestion des épisodes de sécheresse présent et à venir. Premier constat, le niveau est très bas et le débit extrêmement faible. C’est une situation que l’on retrouve en de nombreux points du Département, avec des affluents souvent à sec. Les niveaux d’alertes enclenchés sont en avance par rapport aux années précédentes dans les bassins hydrographiques vosgiens. Après une année 2021 plus favorable, il semble que nous reprenons le train en marche précédemment. Ce qui se constate ici à Saint-Etienne. « Il y avait eu ici en 2020 un assèchement total », affirme Marc Collas. « On est dans une situation qui n’a que peu de précédents dans le département des Vosges (…) Tout ça s’explique par la diminution des précipitations ». L’un des problèmes engendrés par cette situation est la disparition d’animaux aquatiques et d’insectes sur les zones desséchées. « Il y a une véritable perte ». En espèces et en nombre.

« L’eau est un bien commun dont il appartient à chacun de préserver la ressource »

« Aujourd’hui, nous nous retrouvons dans une situation extrêmement tendue », affirme Yves Séguy. « Les prévisions météo pour les prochaines semaines ne sont pas très optimistes ». Des mesures de précautions et de restrictions ont été mises en place et le serons probablement à nouveau. Des contrôles du respect de la réglementation sont organisés, affirme Marc Collas, chef de police Départemental adjoint de l’OFB. Une dizaine de contrôles a été effectuée la semaine dernière toutes les entreprises inspectées se sont avérées en conformité avec les règles. Par ailleurs, un suivi détaillé de la ressource en eau est effectué. Des bilans d’évolution des niveaux des cours d’eau et des nappes. « C’est un point qui est réalisé actuellement chaque semaine », affirme Dominique Bemer. Un guide sécheresse est notamment envoyé aux collectivités locales. Selon le directeur de la DDT, des arbitrages sont à faire, notamment par les élus locaux, sur l’usage de l’eau disponible. La réunion de ce lundi matin a aussi été l'occasion d'évoquer le problème des espèces invasives, comme l'écrevisse du pacifique, présente en nombre dans les cours d'eau du département. Mais c'est une autre histoire. [gallery type="rectangular" link="file" size="medium" ids="348625,348622,348623,348621,348624,348627,348620,348626"]



4 réactions sur “Vosges : faire face aux épisodes de sécheresse

  1. laurent béria

    Si monsieur le préfet avait participé à la réunion sur l’eau de Saint-Maurice sur Moselle (du modèle de la réunion municipale du film « Manon des Sources ») il saurait que c’est de la faute des français pollueurs en général (mais pour 0,9% seulement à garder à l’esprit) et des habitants de la Haute-Moselle.
    Mais qu’en faisant des barrages vers Charmes et laisser l’eau trainer dans les rues comme je ne sais plus où vers Charmes aussi ça s’arrangerait
    Les écrevisses sont mal barrées.

    répondre
  2. laurent béria

    « Je vous montre qu’il n’y a plus d’eau mais si vous avez une idée pragmatique pour remédier à cette situation avec une dépense minimale à laquelle adhèrerait la population locale je vous colle dans les pattes du Code rural et d’associations et officines gouvernementales, prêtes à taxer et contraindre, très nuisibles à la conservation de l’eau ».
    « La sécheresse c’est un peu leur « fond de commerce » ».

    répondre
    1. laurent béria

      Alors effectivement, celle là c’est le top et les « autorités », si promptes à tancer les « petits », étaient plus que tolérantes.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.