Search
mardi 9 août 2022
  • :
  • :

Saint-Amé : une décharge sauvage de pneus découverte au bord de la Moselotte

image_pdfimage_print

296160008_433936268779728_6618513329318167725_n

Photos par Rando’nett Hautes Vosges

L’association Rando’nett Hautes Vosges a effectué une petite recherche suite à un signalement de décharge sauvage de pneus au bord de la Moselotte le long de la déviation de Saint Amé. 11 pneus ont été repéré dont certains de grandes tailles. Le tout dans un site naturel.

« Les pneus sont là depuis de nombreuses années au vue des racines de l’arbre qui ont poussées à l’intérieur de ceux-ci », affirme l’association. La mairie de Saint-Amé va être rapidement contactée pour essayer de trouver une solution de retrait. « De plus la décharge sera accessible que pendant la période de sécheresse ». C’est l’une des nombreuses découvertes déplaisantes que font les membres de Rando’nett depuis la création du groupe. L’association est spécialisée dans l’organisation d’opérations de ramassage de déchets, afin de permettre la préservation d’un environnement et d’espaces propres. Depuis sa création, plusieurs tonnes ont été retirées des espaces urbains, naturels, des abords des routes. L’association se bat sur plusieurs fronts à la fois. Depuis Août 2020 et la création de Rando’nett environ 450 bénévoles se sont réunis pour collecter et recycler plus de 4 tonnes de déchets. Pour suivre l’actualité de l’association, rendez-vous ici : Rando’nett Hautes Vosges.




7 réactions sur “Saint-Amé : une décharge sauvage de pneus découverte au bord de la Moselotte

  1. malice

    ça ressemble à des pneus agricoles qui servaient peut-être pour un passage à gué ou pour tenir un talus !
    dans le temps ils se prenaient pas trop la tête avec l’écologie :(

    répondre
  2. baba

    et la gomme des pneus que les millions de voitures laissent sur les routes et autoroutes ça représente des tonnes chaque année mais ça ne ce voit pas alors c est bon personne n en parle

    répondre
  3. que cucu

    Hé beh ! ils en mis du temps pour les trouver , vu la taille des peuneus , et les racines des arbres , il faut envoyer tout çà au musée à Cornimont. Ce sont des pièces historiques.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.