Search
lundi 30 jan 2023
  • :
  • :

Remiremont : la commune s’adapte à la hausse des prix de l’énergie Baisse de l’intensité de l’éclairage public, chauffage régulé dans les bâtiments communaux

Écouter cet article
image_pdfimage_print

 

269591735_3130127003930779_6120714600286597039_n

Photo d’archive

La hausse actuelle des prix de l’énergie a un impact fort sur les ménages et les entreprises. Les collectivités doivent également surveiller leurs factures de gaz et d’électricité, et éventuellement adapter leurs consommations pour préserver leurs budgets. C’est notamment le cas à Remiremont, où la Mairie a pris plusieurs mesures. L’occasion de revenir sur la gestion de l’énergie par la municipalité, les chantiers entrepris et les décisions prises bien avant la crise actuelle.

Toutes les institutions sont impactées par la hausse des prix. Par ailleurs, « les collectivités ne bénéficient pas du bouclier tarifaire », affirme Jean Benoît Tisserand, maire de Remiremont. Ce « bouclier » a été mis en place pour éviter les effets d’une hausse du coût direct de l’énergie pour les consommateurs. La situation actuelle amène de nombreuses préoccupations. « Quand les budgets ont été votés au printemps dernier, on n’était pas sur une inflation aussi forte », rappelle le maire. En ce qui concerne le gaz, Remiremont a une chance : « On a négocié un très bon contrat de gaz il y a quelques années, avec un prix fixe ». La problématique est tout à fait différente en ce qui concerne l’électricité : « Sur une année comme celle ci, on est sur une hausse d’à peu près 80 000 euros ».

La Mairie a donc décidé de réagir et de s’adapter, mais dans la mesure. « On ne va pas prendre de mesures catastrophistes », explique Jean Benoît Tisserand. Par exemple, la piscine ne va pas être fermée. La température a été baissée de quelques degrés. Plusieurs adaptations sont faites au niveau de l’éclairage public, ou du chauffage des bâtiments, locaux administratifs, salles de spectacle, gymnases, bureaux. Côté chauffage,« on joue un petit peu sur les températures ». Mais sans baisse trop importante. Tout est régulé et géré par un système électronique. Les décorations pour les fêtes de Noël vont aussi être adaptées. « On arrêtera les illuminations plus tôt », affirme le maire. Peut être une heure avant l’horaire habituel. Cependant, ces illuminations consomment peu. « Ce n’est pas si énergivore que ça. C’est une toute petite partie de la consommation électrique de la ville ».

Mais la commune n’a bien entendu pas attendu cette crise pour étudier les moyens de contrôler sa consommation d’énergie. « On fait un plan pluriannuel d’économies d’énergie depuis plusieurs années ». Pour l’éclairage public, le choix s’est porté sur la LED. Ce type d’éclairage comporte plusieurs avantages. Plus écologique, plus lumineux, il est aussi plus économique. « La consommation est divisée par quatre ». Au total, plus de 2 000 points lumineux éclairent les rues de Remiremont. Chaque année la commune renouvelle l’éclairage public d’une dizaine de rues, tant en centre ville que dans les différents quartiers. « L’objectif, c’est d’arriver à ce que tout l’éclairage public passe en LED ». On devrait arriver à près de 50 % l’année prochaine. Dans les prochains mois, la rue Charles de Gaulle doit être équipée.

Parmi les mesures d’économie d’énergie, la Mairie ne prévoit pas d’éteindre l’éclairage des rues. « Ca pose quand même de gros problèmes de sécurité, pour la circulation notamment », affirme Jean Benoît Tisserand. Cependant, on baisse l’intensité. On passe à environ 40 % de l’intensité lumineuse à partir de 23h. Et on poursuit les adaptations menées les années passées dans un soucis notamment « de bonne gestion de l’argent public ». Le plan de renouvellement de l’éclairage ne concerne pas que la rue, mais aussi les bureaux et bâtiments publics, avec là encore le passage à la LED. Dans les lieux accueillant des activités sportives également, au gymnase du Rhumont, bientôt aux cours de tennis de l’Epinette. En matière de dépenses évitées, le maire rappelle la vente de plusieurs bâtiments dans les années passées : « Si on n’avait pas fait ces ventes là, on serait en grande difficulté budgétaire ». 

 

  269591735_3130127003930779_6120714600286597039_n Photo d’archive

La hausse actuelle des prix de l’énergie a un impact fort sur les ménages et les entreprises. Les collectivités doivent également surveiller leurs factures de gaz et d’électricité, et éventuellement adapter leurs consommations pour préserver leurs budgets. C’est notamment le cas à Remiremont, où la Mairie a pris plusieurs mesures. L’occasion de revenir sur la gestion de l’énergie par la municipalité, les chantiers entrepris et les décisions prises bien avant la crise actuelle.

Toutes les institutions sont impactées par la hausse des prix. Par ailleurs, « les collectivités ne bénéficient pas du bouclier tarifaire », affirme Jean Benoît Tisserand, maire de Remiremont. Ce « bouclier » a été mis en place pour éviter les effets d’une hausse du coût direct de l’énergie pour les consommateurs. La situation actuelle amène de nombreuses préoccupations. « Quand les budgets ont été votés au printemps dernier, on n’était pas sur une inflation aussi forte », rappelle le maire. En ce qui concerne le gaz, Remiremont a une chance : « On a négocié un très bon contrat de gaz il y a quelques années, avec un prix fixe ». La problématique est tout à fait différente en ce qui concerne l’électricité : « Sur une année comme celle ci, on est sur une hausse d’à peu près 80 000 euros ». La Mairie a donc décidé de réagir et de s’adapter, mais dans la mesure. « On ne va pas prendre de mesures catastrophistes », explique Jean Benoît Tisserand. Par exemple, la piscine ne va pas être fermée. La température a été baissée de quelques degrés. Plusieurs adaptations sont faites au niveau de l’éclairage public, ou du chauffage des bâtiments, locaux administratifs, salles de spectacle, gymnases, bureaux. Côté chauffage,« on joue un petit peu sur les températures ». Mais sans baisse trop importante. Tout est régulé et géré par un système électronique. Les décorations pour les fêtes de Noël vont aussi être adaptées. « On arrêtera les illuminations plus tôt », affirme le maire. Peut être une heure avant l’horaire habituel. Cependant, ces illuminations consomment peu. « Ce n’est pas si énergivore que ça. C’est une toute petite partie de la consommation électrique de la ville ». Mais la commune n’a bien entendu pas attendu cette crise pour étudier les moyens de contrôler sa consommation d’énergie. « On fait un plan pluriannuel d’économies d’énergie depuis plusieurs années ». Pour l’éclairage public, le choix s’est porté sur la LED. Ce type d’éclairage comporte plusieurs avantages. Plus écologique, plus lumineux, il est aussi plus économique. « La consommation est divisée par quatre ». Au total, plus de 2 000 points lumineux éclairent les rues de Remiremont. Chaque année la commune renouvelle l’éclairage public d’une dizaine de rues, tant en centre ville que dans les différents quartiers. « L’objectif, c’est d’arriver à ce que tout l’éclairage public passe en LED ». On devrait arriver à près de 50 % l’année prochaine. Dans les prochains mois, la rue Charles de Gaulle doit être équipée. Parmi les mesures d’économie d’énergie, la Mairie ne prévoit pas d’éteindre l’éclairage des rues. « Ca pose quand même de gros problèmes de sécurité, pour la circulation notamment », affirme Jean Benoît Tisserand. Cependant, on baisse l’intensité. On passe à environ 40 % de l’intensité lumineuse à partir de 23h. Et on poursuit les adaptations menées les années passées dans un soucis notamment « de bonne gestion de l’argent public ». Le plan de renouvellement de l’éclairage ne concerne pas que la rue, mais aussi les bureaux et bâtiments publics, avec là encore le passage à la LED. Dans les lieux accueillant des activités sportives également, au gymnase du Rhumont, bientôt aux cours de tennis de l’Epinette. En matière de dépenses évitées, le maire rappelle la vente de plusieurs bâtiments dans les années passées : « Si on n’avait pas fait ces ventes là, on serait en grande difficulté budgétaire ».   



5 réactions sur “Remiremont : la commune s’adapte à la hausse des prix de l’énergie

  1. Alexandra

    À Éloyes c’est open bar pour l’éclairage public, il y a quelques années l’éclairage public était éteint quelques heures la nuit pourquoi ne pas revenir à une telle situation !

    répondre
  2. Lili

    différence entre une commune et un particulier si un particulier ne peut pas payer ces factures pénalité , es communes région ou autre ….. on n’augmente les impôts , la différence est là sans compter le gaspillage à tout vent depuis tant d’élus ………. , la valse du fric gaspillé .les chauffage plein pot avec les fenêtre ouvertes j’en passe et des meilleurs ; là ça va leur faire drôle car les gens en ont ras le bol , le prestige , la folie des grandeurs, la climatisation à gogo, le chauffage plein pot avouez que depuis des années on en a largement abusé, vu que les bons cons sont là pour payer .

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.