Search
lundi 30 jan 2023
  • :
  • :

Remiremont : l’abbé Claude Durupt évoque le sens de la fête de la Toussaint « C’est la vie que l’on célèbre aussi », en ce temps où l’on se recueille et fleurit les tombes

Écouter cet article
image_pdfimage_print

illustration toussaint abbé claude durupt

Après les festivités d’Halloween (de All Hallows’ Eve, littéralement « la veille de tous les saints ») qui riment parfois avec maquillages sanguinolents, friandises et masques en plastique, ce 1er novembre est marqué par la célébration de la Toussaint. Celle-ci sera suivie demain par le jour des défunts. Petit retour sur le sens de la fête de ce mardi avec l’abbé Claude Durupt. 

Fra Angelico, Les précurseurs du Christ avec les saints et les martyrs, 1423-1424

Fra Angelico, Les précurseurs du Christ avec les saints et les martyrs, 1423-1424

« Comme le nom l’indique, c’est la fête de tous les saints », explique le prêtre. Ceux qui sont dans le calendrier et sur les autels, mais pas seulement. Il y a aussi « une part de sainteté » qui habite de nombreuses personnes. « La sainteté, c’est essayer de vivre au jour le jour le message de l’Évangile », affirme l’abbé Claude Durupt. Un message notamment illustré dans le texte des béatitudes, lu ce dimanche à la messe : « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde… Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu… Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu… ». De grands principes qui s’adressent à chacun. « Cette fête nous pose la question : ce que tu as fait, ce que tu fais, tu le fais dans quel but ? ».

Émile Friant, La Toussaint, 1886

Émile Friant, La Toussaint, 1886

Au long des siècles, de très nombreux saints ont émergé à travers le monde. Et notamment dans les Vosges. Dans le diocèse de Saint-Dié, beaucoup sont célébrés. « Toutefois, le Propre diocésain du diocèse vosgien célèbre seulement 18 saints et bienheureux », apprend-on sur le site du diocèse de Saint-Dié. « En effet, le Propre vient refléter la diversité des diocèses et des provinces tout en répondant aux normes universelles de l’Église. Pour chaque diocèse, il y a solennité du patron principal, mémoire du patron secondaire, l’anniversaire de la dédicace de la cathédrale, la célébration des saints et bienheureux inscrits au Martyrologe – dont l’historicité a été vérifiée – et qui ont un lien particulier avec le diocèse ».

« Nous sommes, par notre baptême, insérés dans cette grande histoire familiale », affirme l’abbé Claude Durupt. Ainsi, la fête de la Toussaint est aussi en quelque sorte « fête du rassemblement de l’Eglise ». De l’Église sur la terre et de l’Église du Ciel. La fête de la Toussaint est inséparable de du jour de prière pour les défunts, que l’Église commémore le 2 novembre. C’est un jour ou l’on se rend traditionnellement au cimetière, fleurir une tombe, avoir une pensée, dire une prière. « Il y a aussi ce côté recueillement ». Un jour pour penser à tous ceux qui ont quitté cette vie. En cette période de la Toussaint, « c’est la vie que l’on célèbre aussi », affirme le prêtre de Remiremont, qui rappelle l’espérance de la vie éternelle.

Un peu de musique pour accompagner cette journée, avec la litanie des Saints :

illustration toussaint abbé claude durupt

Après les festivités d’Halloween (de All Hallows' Eve, littéralement « la veille de tous les saints ») qui riment parfois avec maquillages sanguinolents, friandises et masques en plastique, ce 1er novembre est marqué par la célébration de la Toussaint. Celle-ci sera suivie demain par le jour des défunts. Petit retour sur le sens de la fête de ce mardi avec l’abbé Claude Durupt. 

[caption id="attachment_357147" align="alignright" width="324"]Fra Angelico, Les précurseurs du Christ avec les saints et les martyrs, 1423-1424 Fra Angelico, Les précurseurs du Christ avec les saints et les martyrs, 1423-1424 [/caption] « Comme le nom l’indique, c’est la fête de tous les saints », explique le prêtre. Ceux qui sont dans le calendrier et sur les autels, mais pas seulement. Il y a aussi « une part de sainteté » qui habite de nombreuses personnes. « La sainteté, c’est essayer de vivre au jour le jour le message de l’Évangile », affirme l’abbé Claude Durupt. Un message notamment illustré dans le texte des béatitudes, lu ce dimanche à la messe : « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde… Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu… Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu… ». De grands principes qui s’adressent à chacun. « Cette fête nous pose la question : ce que tu as fait, ce que tu fais, tu le fais dans quel but ? ». [caption id="attachment_357146" align="alignleft" width="318"]Émile Friant, La Toussaint, 1886 Émile Friant, La Toussaint, 1886 [/caption] Au long des siècles, de très nombreux saints ont émergé à travers le monde. Et notamment dans les Vosges. Dans le diocèse de Saint-Dié, beaucoup sont célébrés. « Toutefois, le Propre diocésain du diocèse vosgien célèbre seulement 18 saints et bienheureux », apprend-on sur le site du diocèse de Saint-Dié. « En effet, le Propre vient refléter la diversité des diocèses et des provinces tout en répondant aux normes universelles de l'Église. Pour chaque diocèse, il y a solennité du patron principal, mémoire du patron secondaire, l'anniversaire de la dédicace de la cathédrale, la célébration des saints et bienheureux inscrits au Martyrologe – dont l'historicité a été vérifiée – et qui ont un lien particulier avec le diocèse ». « Nous sommes, par notre baptême, insérés dans cette grande histoire familiale », affirme l’abbé Claude Durupt. Ainsi, la fête de la Toussaint est aussi en quelque sorte « fête du rassemblement de l’Eglise ». De l’Église sur la terre et de l’Église du Ciel. La fête de la Toussaint est inséparable de du jour de prière pour les défunts, que l’Église commémore le 2 novembre. C’est un jour ou l’on se rend traditionnellement au cimetière, fleurir une tombe, avoir une pensée, dire une prière. « Il y a aussi ce côté recueillement ». Un jour pour penser à tous ceux qui ont quitté cette vie. En cette période de la Toussaint, « c’est la vie que l’on célèbre aussi », affirme le prêtre de Remiremont, qui rappelle l’espérance de la vie éternelle. Un peu de musique pour accompagner cette journée, avec la litanie des Saints :



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.