Search
samedi 4 fév 2023
  • :
  • :

Remiremont : la baguette, « un produit phare » inscrit au patrimoine immatériel de l’UNESCO

Écouter cet article
image_pdfimage_print

baguette pain boulangerie hocquaux

« Cocorico ». Si la France avait besoin de reconnaissance concernant son savoir-faire culinaire, voilà qui est fait concernant la baguette de pain. L’UNESCO vient d’inscrire « Les savoir-faire artisanaux et la culture de la baguette de pain » sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

La baguette de pain est, à l’international, l’un des emblèmes de la culture Française, avec le vin et le béret, entre autres choses. « Au sein de notre boulangerie, c’est le produit phare », affirme Claire Hocquaux. L’établissement du même nom a été reconnu et distingué à plusieurs reprises, comme d’autres boulangeries vosgiennes, pour ses baguettes et ses croissants notamment. La baguette est un produit très consommer à travers à le pays. « Elle se décline de beaucoup de façons ». Il y a la baguette blanche, la tradition, la baguette céréales, la campagne, la baguette au seigle, etc. « Les gens n’hésitent pas à mettre le prix pour avoir une bonne baguette de pain ». A la boulangerie Hocquaux, on vent quelque 1 700 baguettes par jour. Une quantité impressionnante. La baguette est le type de pain le plus apprécié et consommé en France tout au long de l’année.

« Le procédé de fabrication traditionnel comprend plusieurs étapes », affirme l’UNESCO. « Dosage et pesage des ingrédients, pétrissage, fermentation, division, détente, façonnage manuel, apprêt, scarification (signature du boulanger) et cuisson. La baguette se distingue des autres pains car elle est composée de seulement quatre ingrédients (farine, eau, sel, levure et/ou levain) à partir desquels chaque boulanger obtient un produit unique. La baguette implique des savoir-faire et des techniques particuliers : elle est cuite tout au long de la journée dans de petites fournées et le résultat varie en fonction de la température et de l’hygrométrie. Elle génère des modes de consommation et des pratiques sociales qui la différencient des autres pains : un achat journalier à l’origine de la fréquentation régulière des boulangeries ; une forme longue qui nécessite des présentoirs spécifiques ».

baguette pain boulangerie hocquaux

« Cocorico ». Si la France avait besoin de reconnaissance concernant son savoir-faire culinaire, voilà qui est fait concernant la baguette de pain. L’UNESCO vient d’inscrire « Les savoir-faire artisanaux et la culture de la baguette de pain » sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

La baguette de pain est, à l’international, l’un des emblèmes de la culture Française, avec le vin et le béret, entre autres choses. « Au sein de notre boulangerie, c’est le produit phare », affirme Claire Hocquaux. L’établissement du même nom a été reconnu et distingué à plusieurs reprises, comme d'autres boulangeries vosgiennes, pour ses baguettes et ses croissants notamment. La baguette est un produit très consommer à travers à le pays. « Elle se décline de beaucoup de façons ». Il y a la baguette blanche, la tradition, la baguette céréales, la campagne, la baguette au seigle, etc. « Les gens n’hésitent pas à mettre le prix pour avoir une bonne baguette de pain ». A la boulangerie Hocquaux, on vent quelque 1 700 baguettes par jour. Une quantité impressionnante. La baguette est le type de pain le plus apprécié et consommé en France tout au long de l’année. « Le procédé de fabrication traditionnel comprend plusieurs étapes », affirme l’UNESCO. « Dosage et pesage des ingrédients, pétrissage, fermentation, division, détente, façonnage manuel, apprêt, scarification (signature du boulanger) et cuisson. La baguette se distingue des autres pains car elle est composée de seulement quatre ingrédients (farine, eau, sel, levure et/ou levain) à partir desquels chaque boulanger obtient un produit unique. La baguette implique des savoir-faire et des techniques particuliers : elle est cuite tout au long de la journée dans de petites fournées et le résultat varie en fonction de la température et de l’hygrométrie. Elle génère des modes de consommation et des pratiques sociales qui la différencient des autres pains : un achat journalier à l’origine de la fréquentation régulière des boulangeries ; une forme longue qui nécessite des présentoirs spécifiques ».



3 réactions sur “Remiremont : la baguette, « un produit phare » inscrit au patrimoine immatériel de l’UNESCO

  1. Lorenzo

    Super la baguette , super le pain ! Dommage qu’il y ait autant de gluten dedans et que nombreuses personnes en soient privées . Bravo pour le coup de patte des boulangers qui savent encore faire quelque chose de bien pour notre plaisir .

    répondre
  2. BoulangerBio

    Cette reconnaissance de l’UNESCO peut paraître dans un premier temps une belle reconaissance de la part de cette institution, mais si on creuse un peu, pas vraiment…
    Moi même boulanger, j’étais présent il y a 4 ans lors du RDV national de la confédération Française de la Boulangerie, où les boulangers aux Cols Bleu-Blanc-Rouge… avaient fait la 1ere demande de l’inscription de la baguette au patrimoine immatériel de l’UNESCO.
    4 ans plus tard, l’objectif est atteint ! Bravo mais si on gratte un peu, on se rend compte que c’est la baguette française qui est inscrite à l’UNESCO et la baguette, c’est tout et n’importe quoi, on peut parler d’un super produit comme on en trouve dans le département comme chez Hocquaux, Pinot à Remiremont où à la Boulangerie du quai à Epinal (liste non exhaustive), on y trouve des baguettes de tradition avec des farines de qualité avec seulement 3/4 ingrédients (farine Label rouge/ou bio, sel, levain+levure, eau)
    Mais on trouve également le pire, évidemment dans les grandes surfaces mais aussi chez des artisans boulangers de votre quartier(rien n’oblige les artisans à afficher la composition de vos baguettes, acide ascorbiques, additifs alimentaires E…, etc… améliorants, et j’en passe… ) et après on entend parler de problèmes de digestion de gluten…
    L’idée de faire reconnaître la baguette à l’UNESCO était très bonne mais elle fait la promotion de la baguette au sens large ! sans faire la différence entre une baguette moulée à 30c de chez leclerc et une baguette de tradition de nos vrais artisans ! Il est très compliqué de faire la différence pour le consommateur.
    Un article résume mieux que moi ces propos dans le journal le monde du 01 décembre.

    https://www.lemonde.fr/le-monde-passe-a-table/article/2022/12/01/l-inscription-de-la-baguette-au-patrimoine-de-l-unesco-est-une-effroyable-regression_6152513_6082232.html

    Ps : j’ai un gros, très très gros doute des 1700 baguettes par jour de la boulangerie Hocquaux ? je serais intéressé de connaître la taille du four utilisé pour vérifier de tels affirmations…

    répondre
  3. reconnaissance

    Effectivement , ce boulanger a raison , on trouve de tout et de rien dans ces baguettes , du bon et du pire, même chez mon boulanger au coin de ma rue,( qui fait aussi de la m…. ) La baguette reconnue par l’UNESCO devrait faire l’ objet d’un cahier des charges bien précis de la composition est du process de fabrication , mais comme il n’ y a rien de précisé , cette reconnaissance est nulle et ne vaut rien.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.