Search
samedi 4 fév 2023
  • :
  • :

Hausse des prix de l’énergie : des boulangers vosgiens remontés contre le gouvernement « On n’est pas du tout satisfait des mesures annoncées », affirme Sébastien Pinot, patron des boulangeries du même nom

Écouter cet article
image_pdfimage_print

baker-4840960_960_720

Photo d’illustration 

Le secteur de la boulangerie subit une importante hausse des prix de l’énergie. Comme Bruno Le Maire, le Ministre de l’Economie, le président de la République Emmanuel Macron doit rencontrer des boulangers, ce jeudi. A l’occasion de la galette des rois. Des rencontres, des messages et des annonces : divers dispositifs d’aides pour réduire les factures, des facilités pour résilier des contrats dans certains cas. Léger, et inadapté, pour de nombreux professionnels du secteur, fortement remontés contre le gouvernement. 

« On n’est pas du tout satisfait des mesures annoncées par le gouvernement », affirme Sébastien Pinot, patron des boulangeries du même nom, qui juge « inacceptables » les solutions proposées. « Nos hommes politiques marchent à côté de leurs pompes ». Les aides ne seraient pas adaptées à la situation. « On a des hausses de prix qui sont entre 300 et 400 %, qui n’ont aucun sens », explique le boulanger. Pour prendre un exemple, si un boulanger avait 2 000 € sur sa facture précédemment, il peut lui être demandé actuellement de payer jusqu’à 8 000 €. « Ca a un impact sur nos entreprises (…) Il faut qu’on puisse répercuter le prix de l’augmentation de l’électricité sur le prix du pain ». Une crise qui s’ajoute à une autre. « On a déjà eu des hausses de 38 % en moyenne de nos matières premières en 2022 », rappelle le boulanger.

« On veut vivre de notre travail, on ne veut pas vivre de perfusions de l’Etat » 

Les aides gouvernementales, dont on craint qu’elles soient conditionnées à des critères parfois compliqués, « ne réduiront que d’environ 20 % l’augmentation de nos prix », estime Sébastien Pinot. « Donc on est loin du but ». La solution n’est peut être pas dans une « usine à gaz » de ce type. « On demande juste un bouclier énergétique sur le tarif jaune comme ça existe sur le tarif bleu. Quelque chose de simple à mettre en place, efficace tout de suite (…) On veut des choses concrètes, et sur le long terme ». Le chef d’entreprise pointe l’impact sur le petit commerce, notamment à la campagne. « Au profit une fois de plus, peut être, de la grande distribution ». L’enjeu, c’est aussi de garder le pain accessible à tous, tout en permettant aux entreprises de fonctionner correctement.

« On veut des choses concrètes, et sur le long terme »

« Les boulangers sont bien déterminés à ne pas accepter des aides qui ne correspondent pas à la crise que l’on subit », affirme Sébastien Pinot. Une grève est prévue le 23 janvier prochain, avec une manifestation des boulangers vosgiens devant la Préfecture, à Epinal. Il s’agit d’un mouvement national, auquel se joint la Confédération des Vosges. « La colère ne va faire que monter », affirme le chef d’entreprise. Les boulangers ne veulent pas subir non plus les choix effectués par la passé par les divers gouvernements, et qui ont impacté l’indépendance énergétique nationale : notamment, le non entretien du parc nucléaire. « On subit cette crise là aussi à cause de ça ». 

baker-4840960_960_720 Photo d'illustration 

Le secteur de la boulangerie subit une importante hausse des prix de l’énergie. Comme Bruno Le Maire, le Ministre de l'Economie, le président de la République Emmanuel Macron doit rencontrer des boulangers, ce jeudi. A l’occasion de la galette des rois. Des rencontres, des messages et des annonces : divers dispositifs d’aides pour réduire les factures, des facilités pour résilier des contrats dans certains cas. Léger, et inadapté, pour de nombreux professionnels du secteur, fortement remontés contre le gouvernement. 

« On n’est pas du tout satisfait des mesures annoncées par le gouvernement », affirme Sébastien Pinot, patron des boulangeries du même nom, qui juge « inacceptables » les solutions proposées. « Nos hommes politiques marchent à côté de leurs pompes ». Les aides ne seraient pas adaptées à la situation. « On a des hausses de prix qui sont entre 300 et 400 %, qui n’ont aucun sens », explique le boulanger. Pour prendre un exemple, si un boulanger avait 2 000 € sur sa facture précédemment, il peut lui être demandé actuellement de payer jusqu’à 8 000 €. « Ca a un impact sur nos entreprises (…) Il faut qu’on puisse répercuter le prix de l’augmentation de l’électricité sur le prix du pain ». Une crise qui s’ajoute à une autre. « On a déjà eu des hausses de 38 % en moyenne de nos matières premières en 2022 », rappelle le boulanger.

« On veut vivre de notre travail, on ne veut pas vivre de perfusions de l’Etat » 

Les aides gouvernementales, dont on craint qu’elles soient conditionnées à des critères parfois compliqués, « ne réduiront que d’environ 20 % l’augmentation de nos prix », estime Sébastien Pinot. « Donc on est loin du but ». La solution n’est peut être pas dans une « usine à gaz » de ce type. « On demande juste un bouclier énergétique sur le tarif jaune comme ça existe sur le tarif bleu. Quelque chose de simple à mettre en place, efficace tout de suite (…) On veut des choses concrètes, et sur le long terme ». Le chef d’entreprise pointe l’impact sur le petit commerce, notamment à la campagne. « Au profit une fois de plus, peut être, de la grande distribution ». L’enjeu, c’est aussi de garder le pain accessible à tous, tout en permettant aux entreprises de fonctionner correctement.

« On veut des choses concrètes, et sur le long terme »

« Les boulangers sont bien déterminés à ne pas accepter des aides qui ne correspondent pas à la crise que l’on subit », affirme Sébastien Pinot. Une grève est prévue le 23 janvier prochain, avec une manifestation des boulangers vosgiens devant la Préfecture, à Epinal. Il s’agit d’un mouvement national, auquel se joint la Confédération des Vosges. « La colère ne va faire que monter », affirme le chef d'entreprise. Les boulangers ne veulent pas subir non plus les choix effectués par la passé par les divers gouvernements, et qui ont impacté l’indépendance énergétique nationale : notamment, le non entretien du parc nucléaire. « On subit cette crise là aussi à cause de ça ». 



13 réactions sur “Hausse des prix de l’énergie : des boulangers vosgiens remontés contre le gouvernement

  1. libre pensée

    (Si vous avez voté Macron ou le Nupes, inutile de lire cela car vous êtes satisfaits et ne répondriez que de quelque vides adjectifs sans consistance).

    Chers artisans, commerçants, industrielles gros et petits, travailleurs, français qui souffrent d’une énergie bizarrement trop chère.

    Actuellement, l’essentiel imposé est que les adorateurs du proclamé médiatique « génie » de la finance et instigateur de la « liquidation » de l’indépendance économique et industrielle de la France, vendue aux américains, par l’intermédiaire des allemands, soient satisfaits.
    Pourquoi les allemands ?
    La soumission aux Etats-Unis (et l’Otan) est inscrite dans la loi fondamentale allemande.
    En sus, subversion permanente des fondements républicains élémentaires par une gauche de riches théâtrale et des écolos/trotskistes braillant sur commande des revendications qui ne vous veulent pas de bien. Les verts allemands c’est autre chose, leur ministre des AE, une va-t’en guerre avérée, coupe l’herbe partout à la France et sous les pieds de notre fade Colonna).
    Les complices, leurs actions irresponsables, sont désignés. Ils vous détestent.
    Quoi opposer à cette trahison très organisée et trop défendue par complaisance.

    A) Revenir sur l’abandon de la filière Nuc pour faire plaisir à quelques enseignants stupides et illuminés ou punks à chiens pseudo rebelles, revenir sur l’abandon de la formation des spécialistes et le suivi de l’entretien… loi toujours pas abrogée par nos « députés »,
    B) Sortir de l’indexation du prix de l’électricité de gros sur le prix du électricité/gaz produit en Allemagne (Merci Schröder qui depuis a bien profité de l’argent de la Russie).
    C) Enfin dénoncer l’ARENH, sensé ouvrir une concurrence artificielle… pour être suivie du bradage des outils de productions électriques que les français ont payé mais dont les revenus de la vente, vilipendés, profiteront uniquement à votre petit « Mozart » élyséen et ses amis donateurs. (comme pour, autres temps, les autoroutes)
    RWE a mis déjà une option sur votre production hydraulique il y deux ans.

    Le choix en mai 2022 n’a pas été très judicieux.

    répondre
    1. Jean-Paul Petit

      On sent bien à vous lire, Monsieur ou Madame Libre Pensée, que l’envie vous cuit de multiplier les pains à ce mystérieux « Mozart élyséen » et à ses amis donateurs qui nous ont mis dans le pétrin. Vous ne croyez guère à ce grain à moudre qu’il promet, la gueule enfarinée, à toute la corporation. Las, on patauge dans la semoule (de blé dur). De blé, il n’y a plus, la galette est plate, seul monte le levain de la colère, qui va croissant. On a beau être bonne pâte, on ne va pas toujours marcher à la baguette
      Quoi qu’il en soit, merci à vous ( et à Monsieur Pinot, simple boulanger) pour la finesse et la profondeur de votre réflexion et pour le bon sens des solutions que vous préconisez.

      répondre
  2. Fleurette

    Dans la rue et puis cest tout. Libre pensée ou pas. Dans la rue. On Crève petit a petit. Et des rigolos mangent la galette sous nos yeux. Bande de branquignols..

    répondre
  3. FanFan88

    A tout ceux qui ont voté Macron, à tout les mondialistes, à tout les européistes intégristes, à tout les écolos radicaux, à tout les universalistes, à tout les atlantistes, à tout les progressistes, etc… dansez maintenant. L’histoire se rappellera durement de vous et de votre trahison de vos enfants.

    répondre
  4. NGK

    vous pensez sérieusement que Flamby, la blonde, le gueulard à lunettes et toute la clique d’assoiffés de pouvoir ou de guerre auraient fait mieux ?
    vous n’avez pas encore compris que le Président de la République quel qu’il soit n’a plus aucun pouvoir dans son pays car ça lui est interdit depuis des années.. MERCI l’Europe et la Mondialisation :(

    Maintenant, sans excuser qui que ce soit, il faut reconnaitre que depuis 3 ans on n’a pas de bol.. mais partout dans le Monde et les pays qui s’en sortent le mieux c’est ceux qui n’avaient rien ou pas grand chose. Oui vous pouvez rire mais c’est la vérité !

    répondre
    1. libre pensée

      Concernant les responsables de la déroute énergétique française, les responsables, ceux qui ont signé et accepté, se sont couché pour quelques miettes, sont connus.
      Si les autres auraient mieux fait ? pourquoi pas ?
      Un des « liquidateurs », et sa cynique posture théâtrale du « Pétain » de l’énergie au secours des français, a un pouvoir actuellement et s’obstine toujours à vous tromper.
      Et une majorité semblerait d’après les médias et la parole politique en général se satisfaire du fait.
      Ayez donc confiance, rien ne va mal.

      répondre
  5. libre pensée

    Un détail hier m’a encore étonné.
    La production d’électricité française (visible sur RTE) était excédentaire et la France exportait entre 3000 et 9000 MW.
    Et au même moment l’Allemagne exportait vers la France 3700 MW (à 177€ le MW) et rien de cette importation en France chez RTE.
    Voir sur RTE: https://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filiere
    Voir pour l’Allemagne: https://www.smard.de/home
    (il faut comprendre la langue et naviguer un peu mais vous y trouvez aussi les tarifs qui sont édifiants)

    répondre
  6. étonné

    Bonjour.
    Il y a une chose dont personne ne parle , qui sont les fournisseurs d’ électricité des ces entreprises et spécialement celui de Mr Pinot qui a l’air de prendre la contestation en main. Mon voisin qui avait ‘ Leclerc énergie  » vient de se faire jeter , plus de bénéfice……… !!

    répondre
    1. libre pensée

      Bonjour,
      Des contrats professionnels de gros consommateurs.
      Il existe dans ces contrats plusieurs niveaux de gros à très très gros.
      Rien à voir avec le tarif « bleu ».

      répondre
      1. étonné

        çà, je sais j’ ai fait de la gestion d’ entreprise plusieurs années , mais , dites moi , qui sont leurs fournisseurs , je n’ aurai jamais la réponse , à trop gratter le pognon , un jour cela vous reviens à la figure.

        répondre
      2. étonné

        La France , pays des râleurs , c’est bien connu et c’est dans les gènes, Il faut des artisans et des commerçants pour faire vivre le pays , mais….. si les impôts étaient plus rigoureux , la moitié de ces entreprises fermeraient dans les 6 mois.

        répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.