Search
mercredi 4 oct 2023
  • :
  • :

Second portrait d’une maman… Marie-Christine qui doit avoir une jumelle ou un clone

Écouter cet article
image_pdfimage_print

DSC_0225a

Marie-Christine Valentin doit avoir une jumelle ou un clone pour mener sa vie en marathon permanent.

Maman de cinq enfants, elle se partage entre deux boutiques, le matin à la pâtisserie et l’après-midi au salon de thé, son rêve créé il y a quelques années. Un point commun identique avec Elise et Muriel : la passion de ce qu’elles font. L’amour de leur métier. Une belle passion pour les autres qui les anime.

« J’aime mon métier, j’aime ce que je fais. C’est naturel, c’est ma passion » résume Marie-Christine qui a poursuivi le commerce créé par ses parents. Une institution dans la vie romarimontaine qui n’a pas toujours été de tout repos, notamment lors des travaux rue du Charles de Gaulle, où l’accès à sa pâtisserie était très compliqué.

Jamais elle n’a baissé les bras, se bâtant pour poursuivre le flambeau familial, transmis par son papa Jean-Luc. Le salon de thé à l’opposé, en haut de la rue de Gaulle, ce sera pour réaliser son rêve à elle, avec les tasses en porcelaine d’un autre temps, raffinées, « pour jouer à la dinette » ajoute-t-elle en souriant

« Dans le commerce, on est souvent obligé de s’adapter, de décaler. Je suis née dedans, dans ce milieu, donc pour mes sœurs et moi c’est normal. Enfants, nous faisions Noël en février, en belle tenues et robes habillées. Décembre étant consacré à la boutique, au chocolat, à la pâtisserie pour les fêtes, puis les galettes. Nos fêtes se déroulaient en février lors des vacances scolaires« . Le modernisme permettant de gagner beaucoup de temps n’existait pas encore.

Pour la fête des mères ce sera pareil, nous le ferons avec une semaine de décalage, pour que toutes et tous en profitions sereinement.

Un bouquet à croquer

Un bouquet à croquer

Quand on l’interroge sur sa vie marathon, avec cinq enfants, Marie-Christine hausse une épaule « il fallait avancer. Cela s’est fait, il n’y avait pas le choix. Comment ? Je ne sais pas de trop quand j’y repense maintenant. On avance et puis c’est tout. J’aime mon métier, ce que je fais, c’est ma passion » donc tout s’imbrique en marathon, mais toujours avec le sourire et la positive attitude.

Quant à la question sur le cadeau idéal pour la fête des mères, la réponse fuse « être présent auprès de sa maman le jour-là« .

 

 

 

DSC_0225a

Marie-Christine Valentin doit avoir une jumelle ou un clone pour mener sa vie en marathon permanent.

Maman de cinq enfants, elle se partage entre deux boutiques, le matin à la pâtisserie et l'après-midi au salon de thé, son rêve créé il y a quelques années. Un point commun identique avec Elise et Muriel : la passion de ce qu'elles font. L'amour de leur métier. Une belle passion pour les autres qui les anime.

"J'aime mon métier, j'aime ce que je fais. C'est naturel, c'est ma passion" résume Marie-Christine qui a poursuivi le commerce créé par ses parents. Une institution dans la vie romarimontaine qui n'a pas toujours été de tout repos, notamment lors des travaux rue du Charles de Gaulle, où l'accès à sa pâtisserie était très compliqué. Jamais elle n'a baissé les bras, se bâtant pour poursuivre le flambeau familial, transmis par son papa Jean-Luc. Le salon de thé à l'opposé, en haut de la rue de Gaulle, ce sera pour réaliser son rêve à elle, avec les tasses en porcelaine d'un autre temps, raffinées, "pour jouer à la dinette" ajoute-t-elle en souriant "Dans le commerce, on est souvent obligé de s'adapter, de décaler. Je suis née dedans, dans ce milieu, donc pour mes sœurs et moi c'est normal. Enfants, nous faisions Noël en février, en belle tenues et robes habillées. Décembre étant consacré à la boutique, au chocolat, à la pâtisserie pour les fêtes, puis les galettes. Nos fêtes se déroulaient en février lors des vacances scolaires". Le modernisme permettant de gagner beaucoup de temps n'existait pas encore. Pour la fête des mères ce sera pareil, nous le ferons avec une semaine de décalage, pour que toutes et tous en profitions sereinement. [caption id="attachment_371239" align="alignright" width="184"]Un bouquet à croquer Un bouquet à croquer[/caption] Quand on l'interroge sur sa vie marathon, avec cinq enfants, Marie-Christine hausse une épaule "il fallait avancer. Cela s'est fait, il n'y avait pas le choix. Comment ? Je ne sais pas de trop quand j'y repense maintenant. On avance et puis c'est tout. J'aime mon métier, ce que je fais, c'est ma passion" donc tout s'imbrique en marathon, mais toujours avec le sourire et la positive attitude. Quant à la question sur le cadeau idéal pour la fête des mères, la réponse fuse "être présent auprès de sa maman le jour-là".      



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.